Chargement de la page en cours...
VEUILLEZ PATIENTER - PLEASE WAIT
  Wheelchair.ch
Le site qui «en dit plus»
 
"To believe in rehabilitation is to believe in humanity"
"Croire en la réadaptation, c'est croire en l'humanité" - Howard Rusk
informations suissesInformations pratiques
>>> Aidez-nous à vous informer <<<
INFO Générale >> FUN <<
Faire un don / Donate Navigation dans les rubriques :
Votations et Politique Infos Pratiques - Eurokey Info Vidéo
Infos Générales et Actualités … … Et la SUISSE dans tout cela ? Contact
Avancée et État de la Recherche… Expression et Terminologie Liens utiles
 
Chercher le mot dans cette page
ATTENTION : FRAUDES & ARNAQUES SUR INTERNET INFORMATIONS & ENTRAIDE
Le fauteuil roulant à travers le monde… Toutes les TRADUCTIONS
Les personnalités connues en fauteuil… CÉLÉBRITÉS HANDICAPÉES
Le Fauteuil roulant dans le temps L'HISTOIRE DU FAUTEUIL ROULANT
>>> ----- Et la SUISSE dans tout cela ? -----
L'action individuelle est possible et même souhaitable face à la politique du statu quo EXEMPLES - EXEMPLAIRES
Divinités et Handicap LES DIEUX HANDICAPÉS
Histoire du Handicap le HANDICAP dans le TEMPS
Vivre le handicap au quotidien… TÉMOIGNAGES
Les grandes Actualités Affaire Luca Mongelli
DÉtails des Strustures Officielles :
Déclaration des droits des personnes handicapées et autres droits...
AI Assurance-invalidité BFEH Bureau fédéral de l’égalité pour les personnes handicapées
AVS Assurance-vieillesse et survivants CdC Centrale de compensation
CMAI Circulaire concernant la remise des moyens auxiliaires par l'assurance-invalidité DETEC Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication
FSIH Fédération suisse pour l'intégration des handicapés AGILE Entraide Suisse Handicap
LAI Loi fédérale du 19 juin 1959 sur l'assurance-invalidité LAVS Loi fédérale du 20 décembre 1946 sur l'assurance-vieillesse et survivants
OAI Offices AI LPC Loi fédérale du 6 octobre 2006 sur les prestations complémentaires
LHand Loi fédérale du 13 décembre 2002 sur l’élimination des inégalités frappant les personnes handicapées OHand Ordonnance du 19 novembre 2003 sur l’élimination des inégalités frappant les personnes handicapées
       
OFAS Office fÉdÉral des assurance sociales OMAI Ordonnance du 29 novembre 1976 sur la remise des moyens auxiliaires dans l'AI
Constitution fédérale de la Confédération suisse du 18 avril 1999 Article 8 :
1. Tous les êtres humains sont égaux devant la loi.
2. Nul ne doit subir de discrimination du fait notamment de son origine, de sa race, de son sexe, de son âge, de sa langue, de sa situation sociale, de son mode de vie, de ses convictions religieuses, philosophiques ou politiques ni du fait d’une déficience corporelle, mentale ou psychique.
3. L’homme et la femme sont égaux en droit. La loi pourvoit à l’égalité de droit et de fait, en particulier dans les domaines de la famille, de la formation et du travail. L’homme et la femme ont droit à un salaire égal pour un travail de valeur égale.
4. La loi prévoit des mesures en vue d’éliminer les inégalités qui frappent les personnes handicapées
PROCAP Organisation d'entraide-handicap suisse PRO INFIRMIS Association privée spécialisée dans l'aide aux personnes handicapées
CAP-Contact Association romande pour l'autodétermination des personnes handicapées physiques IPT Fondation privée Intégration pour tous
d'autres liens utiles ici ...
Dans ce domaine comme dans bien d'autres, les mots que l’on emploie ont une influence les idée qu'on véhicule ou sur la manière dont le public perçoit la réalité. Ils nous discréditent ou porte préjudice à autrui, selon les circonstances.
Dans le cas des personnes handicapées, ils peuvent aider à renforcer des perceptions acquises. Ils peuvent créer une impression positive des personnes handicapées, promouvoir l’indifférence ou générer une attitude négative.
Les mots, l'attitude en générale autant que des gestes spécifiques peuvent avoir leur importance...
Voici le "Lexique de termes préférés à l'égard des personnes handicapées" de la Direction Générale de l'Accessibilité pour l'Ontario (Canada)
Informations pratiques
EuroKey / Euro-Clé permet d'utiliser les toilettes, les ascenceurs, les monte-escaliers et les systèmes d'appel spécialement adaptés aux personnes avec handicap physique, un peu partout en Suisse et en Europe. La clef, protègeant les installations contre le vandalisme, coûte 20.- frs pour les personnes invalides et 30.- frs pour les autres. Renseignement: 0848 0848 00 / via Internet Logo Eurokey

Le coup du lapin, c'est fini !

Les séquelles d'une entorse cervicale, aussi appelée «coup du lapin» à la colonne cervicale, ne donneront plus un droit automatique à des prestations de l'AI, selon le Tribunal fédéral.

Les deux Cours de droit social du Tribunal fédéral (TF), sises à Lucerne, ont choisi d'appliquer au coup du lapin les mêmes règles strictes édictées pour les troubles douloureux qui ne peuvent être clairement prouvés. Selon la jurisprudence du Tribunal Fédéral, les troubles douloureux persistants avant tout psychiques n'entraînent pas, systématiquement, une limitation de longue durée de la capacité de travail pouvant conduire à une invalidité. Le TF relève qu'à la lumière de l'égalité de traitement, il convient de soumettre aux mêmes conditions l'ensemble des symptômes douloureux qui ne peuvent s'expliquer objectivement.

Dès lors, pour bénéficier d'une prestation de l'A.I., il faut justifier d'un trouble qui ne puisse être surmonté par la volonté ou avec le temps.
(source : 24Heures 14.09.10, Bon à Savoir 13.09.10)
Médecin à l’AI en Suisse et chef de clinique à Pristina... Un cas de détournement des aides pour personnes invalides mis en lumière. Une escroquerie jugée par le Tribunal cantonal de Zürich qui nous rappelle que les abus sont souvent le fait de personnes à l'abris de tout soupçon ou de tout besoin alors que les sanctions sont vécues par tous et spécialement par les plus faibles.
(source : 24Heures 31.08.10, Le Matin 3.09.10)
Le Canton de Vaud étend aux familles vivant avec un handicapé adulte leurs prestations d'aide à domicile. Des collaborateurs de Pro Informis prendront le relais des proches le temps d'une soirée ou d'une journée. L'heure sera facturée entre 10 et 20.- frs, selon le montant de l'allocation d'impotence AI octroyée.
(source: 20Minutes, 5.03.09)
Encore un couac à Berne... Un couac informatique vient perturber l'introduction du nouveau numéro AVS. Le certificat n'affiche pas toujours le bon nom, le nom actuel d'un(e) assuré(e), mais celui qu'il (elle) portait avant son mariage ou son divorce. Quelques milliers de personnes seraient concernées.
(source : 20Minutes, 19.11.08)
ATTENTION : Aberration et Non-sens se conjuguent dans l'attitude de quelques autorités. Il semblerait que de nombreux ascenseurs publiques, tels que par exemple ceux de Lausanne-Flon, soient verrouillés à partir de 22H sans qu'aucun panneau indicatif informant les utilisateurs ni une clef type Eurokey pour les cas d'urgence... Ce qui signifie que pour les fêtards en fauteuil roulant soient privés de d'accès pour le retour!!!
A vérifier au cas par cas...
Pro Infirmis et Swisscom : 1145 – Renseignements et service de commutation gratuits » aux personnes à mobilité réduite - site officiel
Parcage et Amendes : Les personnes handicapées ont droit à leurs places de parking dûment indiquées. Elles doivent apposer leur disque de zone bleue limitant la durée de parcage. Si elles se garent sur des cases blanches normales elles doivent payer, même avec leur macaron handicapé (en savoir plus)
Les Assurés A.I. qui se rendent à une expertise médicale doivent accepter de se retrouver seuls devant l'examinateur. Ils n'ont plus le droit de demander à être accompagnés d'un avocat, d'un médecin conseil ou d'un proche, par décision du Tribunal Fédéral qui a posé de nouvelles restrictions à la présence de tiers... Guide Social Romand - Fiches Fédérales
Fragile Suisse: Aide-conseil téléphonique pour la Romandie destinée aux traumatisés cranio-cérébraux, à leurs proches et aux autres personnes intéressées: 0800 256 256
[E]cedi [E]-Handilog - Solution d'accessibilité Internet pour personnes en situation de handicap
Accessi Lab : une action en faveur de l'universalité de l'accès à l'Internet
COMMISSION DES DROITS DE L'HOMME
La violation des droits de l'homme et de ses libertés fondamentales - site officiel
L'armée organise le 35e "camp de l'armée pour handicapés" Berne, 18.06.2007 - Le premier camp de l'armée pour handicapés (CAH) a eu lieu en 1972. L'objectif a dès lors été d'alléger pendant quelques jours la tâche des proches responsables de l'accompagnement paramédical de leur parent handicapé. Dans la perspective des militaires engagés, le CAH permet d'assurer une assistance médicale et paramédicale. Du 16 au 26 juin 2007 à Fiesch (VS), 18 femmes et 32 hommes sont donc placés sous la responsabilité du bataillon mobile d'hôpital 66 (bat mob hôp 66). Le " camp de l'armée pour handicapés" (CAH) annuel est exploité exclusivement par des troupes sanitaires. Le bataillon mobile d'hôpital 66 (bat mob hôp 66) est donc actuellement engagé à Fiesch (VS) du 16 au 26 juin 2007 sous le commandement du lieutenant-colonel Stéphane Morel. <...lire la fin ...> ou site officiel
Informations et inscriptions : plt Stéphane Progin, officier presse et information, bat mob hôp 66, tel. 079 227 74 17.
(Et tout cela se passe le Lendemain de la votation de la 5e révision! Il ferait mieux d'économiser les frais de ce cirque et de redistribuer l'argent à l'A.I... Ca tombe bien, les caisses en ont besoin, les handicapés aussi! )
"Job-Passerelle" : Employeurs, organisations d'aide aux personnes handicapées et AI lancent un projet de réinsertion Berne, 07.05.2007 (OFAS) - Employeurs et organisations d'aide aux personnes handicapées et l'assurance-invalidité s'engagent pour réinsérer des personnes handicapées. L'initiative "Job-Passerelle" inaugure une nouvelle forme de collaboration: un engagement de durée limitée permettra à des personnes handicapées et à des employeurs d'examiner si la réinsertion est faisable pour les deux parties. L'assurance-invalidité prend en charge les coûts supplémentaires résultant du handicap. Les organisations d'aide aux personnes handicapées créent un réseau de location de services et elles offrent conseil et coaching. Ce projet démarrera le 1er juillet 2007, à condition que la 5e révision de l'AI soit acceptée le 17 juin. <...lire la fin...> ou site officiel
Adresse pour renseignements 031 322 91 32, Alard Du Bois-Reymond, vice-directeur, chef du domaine Assurance-invalidit�
"Handicap: de la différence à la singularité" ( Extrait de l'article publié dans le journal 24Heures du mardi 6.11.07 ) : Mon message est clair: il n'y a pas de handicap, il n'y a que des situations qui sont handicapantes pour une minorité de la population." Pour Pierre Margot-Cattin, avocat et ethnologue, cette "construction sociale" erronée, et pourtant partagée par l'ensemble de la population, est lourde de conséquences. C'est elle qui explique l'"échec" de la prise en compte des besoins particuliers de cartaines personnes. "L'accessibilité des constructions à tous doit une norme de qualité, pas une mesure spécifique", poursuit-il.
Pierre Margot-Cattin signe l'un des douze articles qui composent le sommaire de Handicap: de la différence à la singularité, qui vient de paraître aux Editions Médecine et Hygiène. Cet ouvrage, le premier de niveau académique sur ce thème qui ouvre ses pagesaux premiers concernés, fait suite au mémoire de licence défendu en 2004 par deux étudiants de l'UNIL (Université de Lausanne), Jason Barioli et Raphaël Laub. "Nous nous étions beaucoup investis dans le sujet et n'acceptions pas l'idée que notre travail pourrisse dans une cave de l'Université", explique ce dernier, aujourd'hui consulatnt. Directement après la fin de leurs étude, ils ont organisé un colloque sur le même thème. Le présent volume reprend, mis à jour et complétés, les actes de cette rencontre. Une moitié des auteurs est constituée d'unversitaires handicapés. - Commander le livre ici
 
 
 
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" - A. Camus
Et La Suisse dans tout ça ? Votations & Discours officiels Informations pratiques
L'affaire Luca Mongelli Actualités internationales
Chercher le mot dans cette page

La place des personnes handicapées, c'est quoi pour vous ?

C'est souvent étrange de comparer les propos et la réalité des actes. Dernier exemple, la société Transport Handicap, une entreprise de mobilité pour personnes handicapées prises à défaut d'un moyen de locomotion personnel. Et bien que ces tarifs soient payant, la société fait appel aux dons chaque fin d'année, comme c'est d'ailleurs le cas de beaucoup d'autres entreprises du secteur social.
Là où es choses se gâtent, c'est que si on imagine qu'une telle entreprise comme engagée dans la cause des personnes handicapées, partenaire de leur quotidien voire proche d'elles et peut-être même intime avec le temps, on a beaucoup de mal à comprendre pourquoi elle ne l'assume pas ?

Pour sa recherche de fonds de fin d'année, la société Transport Handicap Vaud (THV) se présente avec des cartes postales… des images de loups ou d'oiseaux, des animaux d'une grande banalité.
Mais alors, est-ce à la société protectrice des animaux de faire son appel aux dons avec des images autour du thème du handicap et des personnes handicapées ?
Ou est-ce que la société Transport Handicap juge les personnes handicapées si repoussantes et si peu digne d'intérêt, sauf pour les affaires, voire si bestiales, qi'elle a préféré mettre en avant des animaux ?

Quelle image a-t-on des personnes handicapées pour les renier de la sorte, les éloigner de la vue comme on l'aurait faite de pestiférés ?
Mais au fond, l'insertion sociale des personnes handicapées, ça a un sens pour vous ?

19.12.2016

À notre courriel d'indignation, le président de l'association THV nous a répondu avec la plus grande indifférence qu'il est "impossible de satisfaire tout le monde" !
Non, qu'une entreprise travaillant avec l'argent et sur le dos des personnes handicapées ne pense pas à les mettre en valeur ou leur témoigner sa gratitude avec un geste personnalisé, au moins dans ses documents médiatiques, ses publicités ou ses tous-ménages, cela ne choque pas.
Ici, on préfère des photographies de loups, d'oiseaux, de chiens ou bientôt peut-être de rats… Il faut juste que cela soit rentable et que "ça rapporte de l'argent, beaucoup d'argent… C'est tout !"
Aussi absurde que si un chocolatier mettait une photographie d'une machine à laver ou d'un ours polaire sur sa carte de voeux en fin d'année.

Comme le dit la parole polulaire, avec des alliés comme cela, la cause du handicap et des personnes handicapées n'aurait vraiment pas besoin d'ennemis !

Une Fédération suisse pour handicapés dans un bâtiment inadapté, on aura tout vu…

Fédération suisse pour l'intégration des handicapés (FSIH), Inclusion Handicap, Défense juridique pour handicapés… De bien jolis noms pour une seule et même structure qui cache pourtant une réalité bien différente : À Lausanne, sise à la place Grand-St-Jean 1, un cabinet d'avocat recouvre ces dénominations dans un bâtiment si mal adapté qu'il en est à peine accessible !

Et oui, vous avez bien lu : la "bien-nommée" Fédération suisse pour l'intégration des handicapés loge dans un local où les personnes handicapées ne sont pas les bienvenues car :

  • porte à l'ancienne, lourde et non automatique, avec très léger seuil au passage et une rampe peu visible pouvant créer un certain déséquilibre sur la jambe d'appui
  • ascenseur étroit et non indiqué en braille
  • de longs escaliers sur sol glissant et en colimaçon dont quatre marches rien que pour accéder à la boîte aux lettres…
Bref, celui ou celle qui a besoin de consulter la "Défense juridique pour handicapés" peut tout aussi bien aller au bistro de son quartier, si lui au moins est accessible, il ou elle y sera sûrement mieux reçu(e) voire plus conseillé(e) !

L'affaire est en cours

Migros et Caritas se lanceraient-elles dans la promotion de la discrimination ?

Gottlieb Duttweiler, lui qui servait la population maison par maison avec son petit camion, sans discrimination de forme ou de force, doit se retourner dans sa tombe s'il ne s'en est pas déjà enfui en rampant…

Car dans une campagne "Fêtons Noël tous ensemble" 2015 qui n'est rien d'autre qu'un appel aux dons et un produit réchauffé de l'année précédente, la Migros, en collaboration avec Caritas, a largement diffusé des affiches et un réclame TV où, bien que le slogan ensemble puisse faire croire à une unité nationale, ne figurent que des personnes valides, d'origine européenne et bien portantes :  Pas une seule personne sourde, aveugle ou à mobilité réduite, pas une seule personne àgée de plus de 55 ans, pas une seule personne issue de l'imigration, pas une seule personne amputée ou en surpoids… Une personne avec une canne, un déambulateur, un fauteuil roulant, une sonde intra-veineuse… Mais bien sûr que non !

Ici, bien qu'on parle d'un ensemble, on n'aime que les personnes aux physiques et origines formatés !
D'ailleurs, doit-on s'en étonner si la campagne audiovisuelle n'a même pas été traduite en langue des signes pour malentendant ou les affiches, sous-titrées en braille pour malvoyant ?
Tous ensemble façon Migros et Caristas
Alors qu'en dit le responsable de campagne à la Migros ? "Nous regrettons que notre campagne ne vous plaise pas" et "C'est pas nous, c'est la société de publicité mandatée". Dans sa réponse du 16.12.2015, plutôt que de chercher à justifier son manquement ou à le corriger, on nous a juste servi un "copier-coller" de la page promotionnelle officielle !
Et que dit Caritas à ce propos ? Rien, fin de non-recevoir.
Cela ne semble choquer personne… On fait une campagne où toute une fraction de la population est mise à l'écart et cela devrait être normal pour tous.

Pourtant, l'année passée déjà, cette même campagne qui n'a pas été modifiée depuis, pas le moins du monde, avait été jugée choquante pour les mêmes raisons, signalées également aux responsables. Pour quels résultats au fond ? Rien. Là encore visiblement a n'a pas su ou voulu réagir.

Malgré nos courriers répétés, la direction de la Migros préfère empocher le bénéfice et faire la sourde oreille.
Aucune réponse définitive n'a été donnée et aucune décision n'a été prise dans cette affaire.
À croire qu'après les cendres du défunt, la vermine s'en est prise à toute la structure et l'éthique de l'entreprise Migros…
(sources : Site promotionnel MigrosVidéo 2015Vidéo 2014)

Dans l'A.I., tout est bon ! C'est comme le cochon, la preuve…

Michel Abegg, jeune malvoyant de 24 ans, a ouvert son propre Sex-Shop à Berne afin de joindre les deux bouts et ne plus dépendre de l'aide publique.
«Je n'ai plus jamais envie de me faire entretenir par l'État et empocher des rentes AI», explique-t-il. Mais la question se pose :  Ne devrait-il pas exister une formation et un suivi pour une personne aussi volontaire et capable, quelque chose qui puisse lui donner une perspective professionnelle plus réjouissante que de devenir gérant du premier sex-shop venu ?
Pourquoi ne pas offrir une formation digne de ce nom, à choix et toute option, plutôt que de laisser les personnes handicapées au bord de la route, vouées à se débrouiller par elles-mêmes ?
(Source : 20 MinutesForum Handicap Valais)

5ème Journée internationale des maladies rares, 28 février 2015 à Fribourg

Près de 600'000 personnes souffrent de maladies rares en Suisse.

Pour mieux y répondre, le Conseil fédéral a prévu de mettre en place des centres de références nationaux et d'am´liorer ainsi le diagnostique des maladies, la qualité des traitements ou les soutiens offerts aux patients comme à leurs proches.

«Il est essentiel de pouvoir se confier, d'avoir une personne proche avec laquelle on peut partager ses craintes et ses soucis» a déclaré la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga.
Pour en savoir plus… RTS infoLe MatinProraris

Les aberrations de l'A.I. ou comment trois millionnaires ont perçu une rente

Alors que des révisions successives ont conduit l'Assurance Invalidité à diminuer les prestations perçues par quelques personnes handicapées ou détecter quelques fraudeurs à l'assurance et donc ont amené des réduction de coûts, il restent que dans le fond, rien vraiment n'a changé. L'A.I., c'est avant tout la même équipe, la même politique centralisée et la même gestion administrative.
Selon les chiffres les statistiques de l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS) rendues publiques par la télévision alémanique SRF, environ 230'000 rentes complètes AI ont été versées en 2013, soit une dimunution de 8% des 250'000 comptabilisées une années auparavant.

Mais est-ce qu'une rente d'invalidité peut être considérée comme une indemnité chômage ou tout autre prestation compensatoire ?
Une personne, quelle qu'elle soit ou que soit sa situation financière, bénéficie d'une indemnité en cas de perte d'emploi ou de préjudice. En est-il de même d'une rente invalidité ou cette rente n'est-elle pas plutôt une aide sociale offerte aux personnes à qui la société ne peut offrir la situation socio-professionnelle nécessaire pour leur assurer une qualité de vie ?
Une personne qui n'a pas besoin de travailler pour vivre en société, qu'elle soit handicapée ou pas, doit-elle encore bénéficier d'une assistance publique ?

En 2013, trois millionnaires ont reçu une rente invalidité mais aussi 160 autres personnes touchant un revenu annuel moyen de 250'000 francs. Est-ce vraiment de l'argent bien utilisé dans l'aide à l'insertion sociale et l'aide aux handicapés ?
Dans l'émission de SRF, Denise Chervet, directrice de l'Association suisse des employés de banque, a rappelé que les employés à haut revenu ont payé des cotisations très hautes, et ont donc bien mérité le droit à une rente AI en cas de problèmes, selon elle.
La conseillère nationale Margrit Kessler a tout de même déposé une interpellation demandant au Conseil fédéral des informations sur la question…
(sources : RTS, Arc Info24Heures)

Les exactions de l'Assurance Invalidité (A.I.) devant le Tribunal Fédéral

Souvenos-nous déjà que l'A.I. ayant refusé d'entrer en matière, une jeune fille handicapée de Genève et sa famille avait dû passer devant la Justice afin de faire accepter l'Office fédéral de payer les travaux d’aménagement nécessaires pour le transport personnel de l’enfant et de sa chaise roulante.

Aujourd'hui, une autre affaire fait les premières pages. L'A.I. refusant là encore de payer dans un Canton ce qu'elle accepte dans un autre, les parents d'une jeune fille atteinte d'une maladie orpheline ont ouvert une procédure de plainte devant le Tribunal Fédéral.

Est-ce normal ainsi de ne pas permettre aux citoyens de tous les Cantons de bénéficier de la même qualité de service ? Ou de ne pas permettre aux uns et aux autres de déménager et de s'installer partout en Suisse de leur libre choix ?
Affaire à suivre…
(sources : RTS, Tribune de Genève)

Les rentes pour enfants handicapées pourraient être réduites

Dans le but de diminuer le coût de l'Assurance Invalidité et Veillesse, le Parlement a repris la thématique controversée des rentes pour enfants et des frais de déplacement pour personnes handicapées. Le Conseil national a alors adopté et complété par 109 voix contre 80 la motion du Conseil des Etats.
Dans un premier temps, les Chambres avaient exclu cette mesure du deuxième volet de la 6e révision de l'assurance invalidité, afin de ne pas faire capoter le projet. Mais l'adoption de la révision, qui prévoyait un système de rentes sans paliers, a été rejetée l'été dernier.

Noton encore qu'avant adoption définitive, une telle décision a encore quelqus étape à franchir, dont une éventuelle votation populaire.
Est-ce vraiment le bon choix ? Les conséquences ne seraient-ils pas plus lourds que les quelques gains ?

Comment parler d'une adaptation de la société aux besoins des personnes handicapées et aider à leur intégration, même financièrement, quand d'un autre côté, on réduit leurs moyens de déplacement ?
(sources : Le Matin, Tribune de Genève)

Bureaux Suisses… Non mais ça va pas le chalet, ou bien ?

Mieux vaut être sourd(e) que d'entendre ça... Ou aveugle que de lire ça…
A-t-on vraiment mérité de tomber si bas ?

Oui, il s'en est dit des sornettes, il s'en est fait des abominations mais là, je crois qu'on touche au délirium le plus édifiant !

Comme on peut le lire dans la revue Bon À Savoir n°5 de mai 2014, un article au demeurant très peu critique voire pertinent pour un journal qui se veut "défense du consommateur", malgré la Loi Fédérale sur l'Égalité des Droits pour les personnes handicapées et contre les discriminations liées au handicap (LHand), entrée en vigueur en 2003 (et non 2004 comme indiqué), très peu de choses ont encore été adaptées au début 2014.
Dans les adaptations des bâtiments, des écoles et universités, des commerces, des banques et distributeurs, des postes, des transports, des places publiques, des offres et attractions, des informations touristiques, des centres culturels, des centers religieux, des centres médicaux, des accès informations publiques… Tellement peu de choses ont été faites, surtout dans les Cantons romands, qu'on est plus proche du zéro absolu que du 50/50 que semble laisser croire l'article.

Et que dire des propos de Werner Hofstetter, collaborateur au Bureau suisse Personnes Handicapées et Transports Publics : « Côté matériel roulant, je suis optimiste. Nous estimons que plus de 90% des bus, près de 70% des trams et 50% des trains seront accessibles aux personnes em fauteui roulant en 2024 »
Alors là, c'est sûr : Avec des amis dàvoués et défenseurs des droits comme ça, on a vraiment pas besoin d'ennemis !

Non pas adaptés mais juste accessibles… Et normal que 90% des bus ou trams le soient avant l'an 2500 ou un peu avant, puisque d'ici là, tous les vieux bus seront à la casse et les compagnies seront bien obligées de les changer !
Sans oublier que si on écoutait ce bon serviteur de la cause, peut-être que, mais c'est pas sûr, en l'an 3000 ou un peu après, l'ensemble des moyens de transports, c'est-à-dire à peu près les 100%, seront accessibles, voire éventuellement adaptés, aux personnes handicapées…

Et de lire encore le porte-parole des CFF, Donatella Del Vecchio, ajouter : « Depuis 2009, la quasi-totalité des trains régionaux de Suisse romande disposent d'accès plain-pied », c'est à se demander s'il n'a jamais pris le train de sa vie.

Non, c'est sûr, il y a de quoi rire jaune… Très jaune même quand on lit que sans le mentionner ouvertement et clairement, l'article entérine un nouveau délai pour 2024 sans que celui-ci n'est jamais été annoncé par aucune autorité ni accepté par le peuple !

La Fondation suisse pour paraplégiques, des fauteuils roulants vides qui bousculent le tout-venant

Pour sa nouvelle campagne de sensibilisation et de recherche de fonds, le mercredi 11 juin 2014, la Fondation bâloise a voulu interpeler les passants sur la place de l'Europe, à Lausanne, avec des fauteuils roulants électriques vides marqués d'une pancarte : « Et si cette chaise était la vôtre ? »
Car " tous les deux jours, la Suisse compte un nouveau paraplégique suite à un accident "… Alors à qui le tour ?

Mais c'est oublier un peu vite que toutes les personnes à mobilité réduite n'ont pas été victimes d'accident… Il y a aussi parmi elles les victimes de malformations ou de maladies et là encore, personne n'est à l'abri dans sa vie personnelle ou celle de ses proches.

Quel dommage que la FSP n'ait pas jugé bon de contacter les autres activistes et associations actives avant de partir en solo dans une action…
(source : 20 MinutesHandimobility)

La taxe au sac ou la discrimination ordurière des personnes handicapées…

Si au départ l'idée d'une taxe forfaitaire avait vu le jour, celle-ci a vite été balayée par une décision du Tribunal Fédéral (4 juilet 2011) qui ne l'a pas jugé conforme au principe du "pollueur-payeur" et la Loi fédérale RS 814.01 sur la protection de l’environnement.
Depuis début 2013 en Suisse Romande voire une à deux décénnies plus tôt pour la Suisse Allemande, c'est donc une taxe sur les ordures ménagères proportionnelle au volume, appelée taxe poubelle, qui est entrée en vigueur. Celle-ci augmente semblablement le coût de la vie mais tente à responsabiliser les citoyens sur la question des déchets environnementaux.
Mais y parvient-elle vraiment ?
Art. 32a1 de la LPE… Financement de l'élimination des déchets urbains
  1. Les cantons veillent à ce que les coûts de l'élimination des déchets urbains, pour autant que celle-ci leur soit confiée, soient mis, par l'intermédiaire d'émoluments ou d'autres taxes, à la charge de ceux qui sont à l'origine de ces déchets, Le montant des taxes est fixé en particulier en fonction:
    a. du type et de la quantité de déchets remis;
    b. des coûts de construction, d'exploitation et d'entretien des installations d'élimination des déchets;
    c. des amortissements nécessaires pour maintenir la valeur du capital de ces installations;
    d. des intérêts;
    e. des investissements prévus pour l'entretien, l'assainissement et le remplacement de ces installations, pour leur adaptation àmdes exigences légales ou pour des améliorations relatives à leur exploitation,
  2. Si l'instauration de taxes couvrant les coûts et conformes au principe de causalité devait compromettre l'élimination des déchets urbains selon les principes de la protection de l'environnement, d'autres modes de financement peuvent être introduits,
  3. Les détenteurs d'installations d'élimination des déchets constituent les provisions nécessaires,
  4. Les bases de calcul qui servent à fixer le montant des taxes sont accessibles au public.
Dans un souci évident de rapidité et de simplicité, pensant faire supporter aux consommateurs la facture des éliminations de déchets et simultanément, les sensibiliser aux pollutions environnementales, les responsables politiquies ont clairement fait l'impasse sur toutes les étapes du bon sens.

Primo, pourquoi relier la taxe au volume des détritus plus qu'au poids ou à la nature des déchets ?
Ainsi, celui qui jette des poudres chimiques dangereuses ou des montagnes de petites choses non-recyclables se verra moins pénaliser que celui qui jette peu mais essentiellement des objets encombrants, des couches ou des marchandises nauséabondes, même si ces objets mal-odorant sont biodégradables.
Dans l'exemple, ce dernier, jetant plus de sacs, sera pourtant aussi celui des deux qui "polluera" le moins.
Un non-sens de le pénaliser davantage, non ?
Et les responsabilités non pas du consommateur mais des producteurs-distributeurs de produits non-recyclables, qu'en est-il ?

Secundo, de façon encore plus inadmissible, la taxe a été pensée en se référant uniquement au citoyen modèle, jeune et bien portant, tout en étant infligée uniformément à toute la population. Aucun facteur adaptatif ou particulier n'a été introduit faisant que les familles avec enfants de bas âges, les personnes âgées, les personnes sous traitement ou handicapées, tous ceux qui consommant pour raison de santé ou d'obligations sociales… Toute une fraction de la population se retrouve ainsi pénalisée.

Ainsi la taxe au sac fait toujours fi du principe "pollueur-payeur". Mais pire, elle rente aussi directement en conflit avec les lois suisses LHand et OHand contre les discriminations en pénalisant des personnes handicapées et leurs faisant supporter la surcharge liée à l'élimination du matériel médical ou vital consommé au quotidien (gants, seringues, couches, flacons, emballages de médicaments, alèses, gaines, embouts de cannes, etc.) !

Quelle mesure de compensation va être proposée pour y rémédier ?
Par exemple, il est dit que les communes de Lausanne, La Tour-de-Peilz, Montreux ou Veytaux offrent de 80 à 100 sacs aux familles avec enfants nés après 2013 voire 2012.
Affaire à suivre… Malheureusement, nos courriers n'ont donné encore lieu à AUCUNE RÉPONSE DES AUTORITÉS compétentes !
Lire également : Le Nouvelliste du 29 novembre 2013Le Regional de janvier 2014Forum Déchets d'avril 2011Baby steps du 22 décembre 2012Forum Cuk du 21 janvier 2013

La Cour européenne droits de l'homme condamne la Suisse pour discrimination

Selon la CEDH, la taxe militaire constitue une discrimination des personnes handicapées, contraint de payer une taxe militaire sans avoir le choix de faire autrement.
Le Conseil fédéral a décidé de recourir contre cette décision auprès de la grande chambre de la Cour de la CEDH.
Lire également : Égalité Handicap

Au Salon de l'Auto, il se fait recevoir comme une…

Humilié, Olivier Wehren s'est fait renvoyé à la porte de la manifestation car, atteinte de polymyosite, il est contraint de se déplacer en fauteuil électrique lors de longs déplacements. Or, son véhicule ne semble pas avoir été du goût des agents de sécurité. Pire : simple visiteur, hôte et raison d'être de la manifestation, il se fait recevoir comme un intrus bien dérangeant.

Un véhicule qui dérange, un comble pour un Salon qui se veut chantre de la mobilité, non ?
Et surtout une honte quant au traitement réservé aux personnes handicapées !

Évidemment, même si elle s'excuse et reconnaît donc implicitement qu'une faute à été commise, la direction du Salon refute, dans sa lettre du 11.03.2014, l'idée d'une expulsion avec force et fracas.
Affaire à suivre…
Lire également : , page FacebookLe MatinOnline24Heures du 10.03.201424Heures du 11.03.2014

Thérapie conventionnelle, parfois un mal bien plus qu'une solution

Un thérapeute bernois de 57 ans, aujourd'hui à la retraite anticipée, comparer après avoir commis, en toute impunité durant 30 ans , plus d'une centaine d'actes sexuels et à caractère pornographique sur des enfants ou adultes handicapés de plusieurs foyers d'accueil bernois, à Ins, Oberthal, Interlaken, Gümligen, mais également à Renan, dans le Jura bernois ou en Argovie et en Appenzel Rhodes-Extérieurs ainsi qu'en Allemagne. Et pour encore ajouter au sordide, il avait même en partie filmé les abus.

Le suspect a avoué avoir abusé au total de 114 victimes à partir de 1982, dont 101 en Suisse. Toutefois, en raison du délai de prescription, seuls 33 cas pourront lui être reprochés !

N'est-ce pas choquant de se dire que, par égard envers ce criminel, on tait son nom, jamais cité.
Mais que dire alors du respect dû aux 68 victimes pour qui la prescription sonne comme un consentement bienveillant de l'autorité ?!
Et que se passera-t-il lorsque, sortant de peine dans quelques années, il sera à nouveau libre de commettre des violences sur des personnes sans défense ?
Non, le système défaillant et les responsables d'établissements, laxistes donc complices, ne seront pas mis en cause, eux…
Pour en savoir plus : Le Temps20Minutes du 10.03.201424Heures du 17.03.2014ArcInfo du 14.06.2012

En réaction à cette affaire, quelques foyers pour personnes handicapées réagissent en demandant au Conseil fédéral de légiférer afin de mettre sur pied une centrale nationale d'alerte nationale pour signaler les cas de maltraitance sexuelle. C'est-à-dire qu'en cas de doute ou de preuve, une autorité vers laquelle se retourner. Mais se retourner pour quoi faire : Chercher un conseil ? Signaler un cas avéré ? Créer une base de données des cas établis ? Demander une intervention ?

Le moyen d'action existe déjà. Tout comme la base de données des délinquants, c'est auprès de la Police que se trouve les solutions. L'autorité au sein des foyers est à la charge des responsables et de la direction. Les conseils, j'imagine qu'à se stade, les responsables de foyers ne devraient plus en avoir besoin.

Alors quel est vraiment le but de cette démarche : Est-ce une solution pour se déculpabiliser ? Ou une vraie recherche de moyens d'action ?
(Sources : RTS)

Toujours plus de jeunes bénéficieraient d'une rente d'Assurance Invalidité en Suisse

Le nombre de jeunes au bénéfice d'une rente d'Assurance Invalidité a triplé en Suisse depuis 1995, selon un rapport de l'Organisation de coopération et de développement économique - OCDE.
Données OFAS tirées du Tages-Anzeiger Chaque année, 1300 nouveaux cas d'adultes âgés entre 18 et 24 ans seraient à compter. Pour l'OCDE, la Suisse aurait un sérieux problème à résoudre auprès de ses jeunes.

Si tout le monde s'accorde sur les chiffres de 2008 à 2012, où le nombre de nouvelles rentes pour les jeunes a augmenté de 11%, tous âges confondus, en revanche, elles auraient reculé de 14%, selon des chiffres de l'OFAS.

Les problèmes psychiques, en particulier le trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité (TADH), représenteraient le principal motif de rente invalidité.
(Source : RTS InfoSwissInfoLe MatinTages-AnzeigerThèse d'Oskar Bänziger - Université de Zürich)
Données OFAS tirées du Matin

Lausanne sait-elle qu'elle aggrave son cas ?

On savait la Ville de Lausanne très, trop peu respectueuse des règles de constructions adaptées ou d'accès pour les personnes handicapées. Et dans un article de presse du 11 novembre 2013, Forum Handicap Vaud s'étonne même du manque de représentation pour les personnes handicapées au sein de l'exécutif de la Ville, quand bien même les locaux sont tous inadaptés !
Dans les faits, pour une grande ville suisse et pour n'en citer que ces quelques exemples, on y trouve un des pires services de tranports publics - Les bus sont très majotitairement inaccessibles, les métros même neufs sont imparfaitement adaptés, la récente gare de malley est encore imparfaitement adaptée… -, un manque flagrant d'accessibilité - des autorisations de construire sont données à des bâtiments inaccessibles ou peu adaptés, des hôpitaux sont ouverts sans aménagements pour personnes handicapées, des bâtiments publics sont pris en défaut… -, mais alors là, cela frise tellement l'absurde qu'on préfère encore en rire !

Cela se passe à la route du Pavement, en face du numéro 3bis, et aussi étrange que cela puisse paraître, le trottoir est rabaissé de part et d'autre du passage piéton pour faciler l'accès des véhicules aux commerces et station service mais à l'endroit même du passage pièton… Rien !

photographie de la chaussée à la route du Pavement, à Lausanne
C'est-à-dire qu'à cet endroit qui est tout au moins un lieu de passage pour aller vers le musée de l'Hermitage ou le parc avoisinant, les personnes à mobilité réduite ou âgées ont le choix de soit emprunter tant bien que mal une chaussée inadaptée, soit (la plupart du temps) traverser en dehors du passage piéton pour bénéficier d'un accès mais avec les risques que cela comportent !

Mais de qui se moque-t-on donc ?
Et combien y a-t-il d'autres irrégularités de ce genre en ville ?

Dans une réponse du 4.12.2003, tout en spécifiant que " la sécurité, conjuguée à la qualité générale des traversées piétonnes pour tous les usagers (...) est une des priorités ", il a été dit que l'assainissement de cette chaussée sera réalisé au printemp - été 2014.
Malheureusement, aucune autre information n'a été donné sur combien d'autres chaussées souffrent d'abaissement lacunaire ni comment la sécurité sera assurée d'ici aux travaux, à savoir dans les 4 à 8 prochains mois !
Malgré les promesses, au 1er Octobre 2014, rien n'a encore été fait !!

La sixième révision ne l'AI ne sera pas la dernière et ne sera même pas du tout !

La sixième révision de l'Assurance Invalidité (AI) est désormais caduque. Si le premier volet est entré en vigueur de fait et en force début 2012, il en va tout autrement pour le second et finalement, malgré les tentatives de sauvetage du Conseil des Etats, le National n'a pas voulu repêcher la réforme.

Visant essentiellement à rendre l'assurance-invalidité financièrement indépendante, souvent au dépens des assurés, la majorité du National (103 voix contre 79) n'a pas voulu, entre autres, relever le seuil de la rente entière de 70% à 80% d'invalidité, cela péjorerant le sort de quelque 40'000 handicapés à des degrés entre 70 et 79% !

(Soiurces : RTS – 13.06.2013RTS – 19.06.2013Office AI Vaud)

Une ville de Genève pavée d'embûches ?

La nouvelle place Longemalle, inaugurée vendredi 31 mai 2013 à Genève, pose déjà des problèmes de sécurité pour les personnes en fauteuil roulant : «C’est un revêtement qui est dangereux pour nous ! Les petites roues avant peuvent se bloquer. Il suffit alors d’un sursaut lié aux secousses sur les pavés et on s’effondre.
Je ne comprends pas pourquoi on utilise encore ces pavés pour aménager des espaces censés être accessibles pour tous!», selon François Planche, président de l’association Handicap Architecture Urbanisme (HAU).
Et pourtant, les mêmes reproches avaient été faits en 2004 au Molard… Les a-t-on jamais écoutés ? En a-t-on cherché à tirer un enseignement ?
(Source: 20Minutes du 04.06.2013)

« Share if you Care »

Une campagne suisse pleine de sens et d'humanité… Vous en aviez rêvée ?
Et bien souriez, vous voilà exhaussé(e)… et de quelle manière !

Une campagne de SuvaCare


Les Verts font un festival qui enfreint toutes les règles

Vert de rage et rouge de honte ! Noires les pensées !
Les films projetés au Festival du Film Vert sont peut-être monochromatiques, mais alors ils nous font voir de toutes les couleurs.

Car, bien que déjà à sa huitième édition, ce festival n'offre aucun service ni n'assure aucun accès pour les personnes handicapées. Si le festival est sous-titré "futur durable", cet avenir-là manque effroyablement d'humanité et ressemble étrangement à un avenir mortellement désespérant !

Quand la direction du festival a été contactée, on nous a montré une certaine incompréhension. Un peu comme si on voulait nous faire croire que l'organisation du festival n'avait pas à sa charge de veiller à offrir des prestations conformes aux lois ! Comme si l'accessibilité des lieux entrant dans le festival n'était pas un élément lié au festival tout comme le surcoût occasionné, la tarification spéciale des entrées, le personnel bénévole engagé ou les affiches et les annonces.
Une position toute opportuniste où l'on voudrait rejetter toute responsabilité et faire croire que les prestations mises en place ne seraient pas dictées par l'équipe dirigeante, celle qui a élaboré les évènements, conçu les infrastructures et choisi les lieux de projection.

Et pourtant, c'est pas les moyens de bien faire qui auraient manqué : le festival se tient dans pas moins de 20 villes de Suisse romande, 3 villes en France, et une ville au Senegal (Dakar) du 15 février au 3 mars 2013 ! Selon les lois fédérales suisses autant que les lois européennes contre les discrimination, l'organisateur était donc tenu de veiller à ce que les lieux offrent toutes les garanties et aménagements nécessaires. Et pourtant rien n'a été fait ! Car si c'est pas les moyens, c'est que visiblement la volonté, elle, a bel et bien manqué !

Pire encore d'imaginer que le parti politique suisse, Les Verts, soit initiateur et toujours impliqué dans un tel projet, malgré le fait que ce festival déroge aux normes. Finalement, qui peut encore parler de respect avec un tel parti pris ?
Qui peut parler de futur durable en piétinant le présent ?
Qui peut parler d'écosystème sans prêter à rire ou donner à pleurer ? Le seul écosystème qu'on doit connaître par ici s'apparente davantage à un économique-système, un business plan !
Si vous voulez y aller, c'est donc à vos risques et périls car rien ne garantit que les salles de projection soient adaptées ou tout au moins accessibles !

Une publicité sans message ?!…

…c'est fade !
Et qu'en faut-il comprendre ? Qu'il faut se déguiser s'intégrer, ne plus s'assumer, ne plus être soi-même pour pouvoir intéresser autrui… On regarde la pub, on trouve cela attendrissant mais on ne voit pas en quoi ce joli principe général physique ou métaphysique fait avancer l'intérêt des personnes handicapées ?
Avec sa campagne "Rapprochez-vous", Pro Informis s'amuserait-elle avec l'argent public ? Est-elle partie en guerre contre les sociétés de maquillage et déguisement ? Aurait-elle oublié sa fonction première : Servir l'intérêt des personnes handicapées ?
Jolie publicité d'un homme très entouré la journée et qui rentre chez lui, dépité et solitaire. Et alors ? Que sait-on sur cet homme ? Rien ! Est-ce que son handicap a été mis en évidence ? Non ! Est-ce que le fait qu'il soit handicapé ou non importe un tant soit peu ici ? Non plus…
Après tout, n'importe quel travailleur social ou animateur de rue vous dira que rentrer en fin de journée et se retrouver soudain seul quand on a été entouré de monde avant, c'est grisant. Mais en quoi cet état de fait concerne le handicap ou peut faire avancer la cause ?

Le second volet de la sixième révision de l'AI ou la course vers l'absurde

Selon Alain Berset, les réformes passées ont été bénéfiques. L'AI devrait dégager un excédent d'un demi-milliard à la fin de l'année. Et pourtant on va encore serrer la vis.

Le National s'est lancé dans la dernière étape du plan d’assainissement de l’assurance invalidité (AI) amorcé depuis dix ans, en empoignant le deuxième volet de la 6ème révision de l'AI, qui doit permettre d'effacer la dette d'ici 2025. Mais au détriment de qui ?

Au fond, est-ce logique de chercher la rentabilité budgetaire sur un exercice d'utilité publique, un fond commun alloué à la prévention des misères humaines et l'aide aux plus handicapés. Ils sont déjà tant rejetés et malmenés par les retards d'adaptation publique, n'ont-ils pas droit à une certaine reconnaissance ?
Et à trop vouloir chercher l'équilibre financier et de traiter ce sujet comme l'assainissement d'un parc immobilier ou la gestion des déchets, ne risque-t-on de léser gravement ceux-là même qu'on est censé aider ?
(source : RTS Info)

La Chaise Rouge du condamné

Pro Infirmis, qui ne manque jamais une occasion de (des)servir les personnes handicapées, avec le soutient de la Croix Rouge vaudoise et du Canton de Vaud, propose de rendre payant ce qui était encore gratuit, en toute courtoisie, simplicité et concicialité. Heureusement, le projet La Chaise Rouge semble tourner court...

L'idée n'est pas nouveau : Offrir un service de transport personnalisé aux personnes handicapés, un service porte à porte, un peu comme ce qu'offrent certaines entreprises de transports publics sur appel. Malheureusement, ce n'est pas un service gratuit qui est proposé mais un service payant fait par des bénévoles. Alors quel intérêt ?

Avant, il était coutume de se faire conduire gratuitement et avec le sourire par un ami ou un proche. Mais aujourd'hui, ce qui se passait dans la bonne humeur et le partage, devient payant... au kilomètre.

Est-ce parce qu'on considère que les personnes handicapées sont trop riches ou bien trop seules, sans plus aucun ami ni proche, qu'on a créé ce service ?
Est-ce vraiment pour les aider ou les isoler davantage qu'une institution dite "d'utilité publique" impose seulement un service payant là où il est coutume de le concevoir gratuit ?

Finalement, la chaise rouge ne serait-elle pas plutôt une chaise percée ?

Application "ParaMap"

La Fondation Suisse des Paraplégiques met en service une nouvelle application Web « ParaMap » destinée à apporter une aide au quotidien afin de trouver des places de parc réservées ou des hôtels accessibles. Lire l'information officielle (.pdf)

Prix Sana… tentez votre chance !

Voici venu un nouveau prix à l'intention de ces nombreux militants de l'ombre. Car depuis 2011, la Fondation Sana, principal actionnaire du groupe Helsana, offre son "Prix Sana" de 30'000.- (trente milles francs suisses), présenté comme "Le Prix de la santé pour des héroïnes et héros du quotidien". (voir l'affichette officielle)

Pour sa première année et en toute relative discrétion, Urs Dorizzi pour son dévouement envers celle dont il a embrassé la vie et la maladie (polio) en la prenant pour épouse, Markus Küng et Micheline Burkhalter - lire le détail - communiqué de presse 2011 -, ont été justement récompensés. Une nouvelle année commence et avec elle, la recherche d'une nouvelle personnalité engagée à primer. Qui sera-t-elle? Et pourquoi pas vous?

Cible désirée : Une personnalité marquante, héro ou héroïne du quotidien, vivant en Suisse et rendant un service précieux mais désintéressé dans le domaine de la santé ou de la qualité de vie.
Attention : Les institutions et les personnwa morales en sont exclues. Lien pour en savoir plus ou une inscription.

Luca ou le combat pour une vérité valaisanne...

Luca, jeune garçon de 7 ans en 2002, a été retrouvé dénudé dans la neige, dans le com et le corps meurtri. À l'époque, la justice valaisanne a très rapidement classée cette affaire comme une afression du chien de la famille.

À la suite de ce drame, Luca est devenu aveugle et tétraplégique. Après des années de combat et compte tenu des incohérences du dossier, la famille de Luca a obtenu un gain de cause devant le Tribunal Fédéral: Une nouvelle expertise va être érigée!

Va-t-on jamais savoir ce qui s'est vraiment passé ce jour-là et le déroulement de ce drame qui a rendu ce jeune garçon de 7 ans handicapé à vie?... en savoir plus...

Loterie et discrimination... un combat sans fin ?

Dans sa réponse du 5 décembre 2011, La société de Loterie Romande apporte des précisions détaillées sur sa politique du "Jeu Responsable".
Il est dit que la "prévention du jeu excessif" se base sur des articles de la Convention internationale sur la surveillance, l'autorisation et la répartition du bénéfice de la Loterie (CIL) et en particulier l'article 17 qui fait prévaloir «l'intérêt de la prévention contre la dépendance au jeu et (...) celui de la protection de la jeunesse». En voici tous les détails : Toutefois, par son silence, la société reconnaît implicitement qu'elle n'a, à aucun moment, pris en considération une quelconque idée d'adaptation de ses jeux aux personnes handicapées ou leur mise en conformité avec les lois contre les discriminations. Nous en sommes profondément désolé.
Est-ce à dire que ceci fera l'objet d'une prochaine seconde révision des machines? En espérant que celle-ci n'est pas aussi agendée pour dans treize ans...
Après treize ans d'exploitation et après une décision du Tribunal fédéral du 18.01.2011 qui différencie les machines "Tactilo" de la Société de Loterie des autres machines à sous ordinaires proscrites sur la place public par la Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ), la Loterie Romande a renouvellé ces machines mais en y changeant juste que le minimum.
Les informations selon lesquelles ce renouvellement des machines aurait été en rapport avec la décision de loi, ont été totalement démenties par la société qui l'impute uniquement au matériel vieillissant.
Cette clarification était nécessaire pour ne pas porter préjudice aux maisons de jeux et casinos dont une grande partie du produit brut provient également des machines à sous mais qui, elles, ne bénéficient pas des facilités d'installation des jeux de loterie. (lire au besoin l'analyse de Jean-Patrick Villeneuve et Martial Pasquier, IDHEAP - Institut de hautes études en administration publique )

Outre un problème de taille qui les rend inaccessible aux personnes de petite taille, naines, en fauteuil roulant ou courbaturées, il y a aussi un facteur de lisibilité des écrans tactiles qui limite leur utilisation dans des lieux à l'abri d'une lumière directe et les rend peu adaptés aux malvoyants ou personnes âgées. À cela, la réponse fournie le 1er décembre 2011 est identiquement la même qu'au premier jour de notre intervention :  une hauteur minimum est nécessaire pour « empêcher que les mineurs puissent atteindre l’écran du distributeur, et (…) éviter que les joueurs soient en mesure de s’installer trop confortablement devant »

C'est oublier un peu vite que la taille moyenne des adolescent augmente de décennie en décennie. Est-ce à dire que les machines aussi vont devenir de plus en plus hautes?
De plus, avec l'appui de la technologie et de la téléthèse, il existe de nombreux moyens de contourner ce problème : Pourquoi ne les utilise-t-on pas?
Par exemple :
  • Les écrans tactiles pourraient disposer de petites marques pour permettre une meilleure reconnaissance au toucher : Après tout, les « boutons » de commande sont souvent disposés aux mêmes emplacements sur l’écran !
  • Les machines pourraient se voir agrémentées de commandes à distance permettant à une personne en fauteuil roulant d’y jouer par Wifi ou Bluetooth à l'aide de son propre téléphone intelligent ou ordinateur portable, ou encore via une machine « télécommande » qu’elle se verrait proposer en arrivant !
  • Les machines pourraient disposer de commandes vocales couplées aux indications visuelles qu’une personne malvoyante utiliserait de préférence en branchant son écouteur dans un jack adéquat !
  • Pourquoi ces machines ne disposent-elles pas simplement d’une table, avancée ou de côté, qui servirait aussi de point d’appui pour une personne marchant avec des cannes ?
Voilà quelques exemples parmi tant d'autres. Les moyens techniques existent, pourquoi ne pas en profiter?
La hauteur des écrans ne fait pas tout. Que dire encore de leur disposition dans l’espace, souvent avec un dégagement réduit autour des machines qui ne permet pas une circulation et un accès facilités.

On attends avec impatience la suite des évènements. Mais dors et déjà, on peut remercier les Service de Presse et de Communications de la Sociétlé de Loterie Romande qui n'ont jamais cherché à se défiler devant leur responsabilité dans ce dossier en répondant à tous nos courriers, ou presque. Affaire à suivre...

Après des années de service, les machines de jeu Tactilo vont être remplacées.

Les 700 nouvelles machines vont intégrer des messages de préventions contre la dépendance avec des messages comme "Depuis quand jouez-vous?" ou "Savez-vous combien vous avez déjà misé?".

Mais, selon nos informations, aucune adaptation pour personnes handicapées n'a été prévu: ni commandes vocales ou autres commandes à distance, ni reprères tactiles, ni adaptation de taille ou de format des machines, ni aucune consigne donnée quant à leur disposition dans les points de vente... À notre connaissance, aucune technique (Interface adaptative - Téléthèse) n'a été adaptée à ses machines pour garantir leur accessibilité à toutes et à tous, y compris les personnes handicapées, à mobilité réduite ou malvoyantes.
Dans sa réponse du 30 septembre 2010, la Société de Loterie Romande confirme son rôle social mais justifie l'inacessibilité de certains de ces jeux par le fait de la protection des mineurs. De plus, elle précise que «tous les distributeurs ont été installés de manière à ce que le dépositaire soit à proximité et puisse venir en aide à toute personne à mobilité réduite ou handicapée. Nos dépositaires ont été clairement informés du fait».

Aussi belle soit elle, cette réponse n'explique malheureusement pas tout... Ainsi un adolescent de grande taille pourra accéder aux écrans tactiles qu'un adulte malvoyant ne peut utiliser! Un autre jeune pourra se servir de machines disposées dans des angles ou recoins aunxquels un adulte en fauteuil ne pourrait accéder.
Enfin la protection de la jeunesse est chose importante, certes, mais n'en est-il pas également de même pour le respect des droits des personnes handicapées et leur non discrimination?

Plutôt que de charger le dépositaire d'aider les personnes désireuses alors que celui-ci est souvent enfermé derrière son guichet, débordé par les demandes des autres clients ou occupé à surveiller d'éventuels actes de vandalisme, pourquoi pas le charger de faire la police auprès de la jeunesse et adapter les machines de jeux afin que les personnes handicapées ne soient pas toujours obligées de passer après les autres et rendues dépendantes d'autrui?
Ayant enfin pu rentrer en contact avec une responsable de la société Loterie Romande et sur la base de nouveaux éléments, il semble qu'il faille modérer certains éléments précédemment énoncés.

Cela étant, on peut se demander alors pourquoi une société de cette importance conjugue le meilleur, comme le soutien de manifestations en faveur des personnes handicapées et des jeux parfaitement adaptés, avec le moins bon voire le pire? Autre élément troublant: Même pour les besoins des jeux de la Loterie habituels, des machines accessibles existent: c'est ainsi le cas de celle se trouvant au kiosque, entrée principale du CHUV - Centre hospitalier universitaire vaudois et qui, bien que de hauteur limite, permet de jouer au Tactilo ou au Dico. Alors pourquoi un tel roman de gare à la Loterie Romande ?

Ayant enfin pu entamer un dialogue avec une responsable de la société, nous nous réjouissons donc de connaître le fin mot de cette drole d'histoire, convaincu que dans ces conditions, les choses pourraient rapidement être corrigées.
Pourquoi la Loterie Romande instaure-t-elle une discrimination parmi les joueurs?
Là où la Loterie Romande semble avoir échoué, PMU l'a fait.
En effet, il faut tristement constater que les machines à billetterie de la Loterie Romande qu'il nous a été donné de voir et autre Tacotac, souvent à écran tactile, sont toujours innaccessibles aux personnes handicapées, constituant par là-même une discrimination à l'écart de cette fraction de la population, pourtant protégée par les Lois fédérales LHand-OHand, et la privant par la même occasion de la possibilité de jouer aussi librement que les personnes valides.

En comparaison, les machines de la PMU - pourtant également la propriété de la Loterie Roamande - sont parfaitement accessibles, même si les résultats affichés sur écran ne le sont pas pour les personnes aveugles ou malvoyantes. Mais là, heureusement, on peut compter sur les radios et télévisions pour trouver une réponse.

Plus encore sur son site, la société affiche clairement l'inaccessibilité de ses appareils Tactilo.
« Pour jouer au TACTILO ?
  • Touchez l'écran du distributeur.
  • Confirmez que vous avez l'âge requis pour jouer au TACTILO, à savoir 18 ans ou plus (si nécessaire sélectionnez la langue de votre choix).
  • Insérez des pièces de monnaie de Fr. 1.-, 2.-, ou 5.-.
  • Choisissez un jeu en le touchant.
  • Choisissez ensuite un « billet » et grattez-le. Vous pouvez également choisir de jouer simultanément plusieurs configurations semblables qui comportent le même gain.»
Mais comment jouer dans ces conditions quand on ne parvient même pas à lire l'écran (placé à environ 1.60 mètre du sol, soit bien trop haut pour la plupart des personnes en fauteuil roulant), qu'on est malvoyant (l'écran est passablement dans les tons bleus - violets et des couleurs douces), pour ne prendre que ces deux exemples?

Pourtant ce n'est pas un problème de financements. Comme l'atteste les documents de presse, la Loterie Romande a engrangé un bénéfice de 185 millions en 2008 et plus encore en 2009, sans n'avoir investit le moindre centime dans la rénovation de ses installations pour les rendre accessibles et adaptées aux personnes handicapées, comme le demanderaient les lois fédérales sur l'égalité des droits LHand-Ohand de la part d'une entreprise de services publics. Pourquoi cet état de fait? Depuis notre courriers du 4.02.2010, nous sommes toujours en attente d'une réponse de la Loterie Romande.

Diff�rentes installations de la Loterie Romande
machines Loterie Romande

machine PMU

Accessibilité au rabais

À deux ans et des poussières du délai légal pour la pleine accessibilité des commerces, bâtiments et transports publics, à savoir 2014, la situation est tellement honteuse dans notre pays que même la très consensuelle revue de la Fondation Suisse pour paraplégiques, dont le rédacteur en chef n'est autre que le plusieurs fois champion olympique Heinz Frei, vient de rédiger une protestation dans son numéro de septembre 2011. Certes, c'est avec diplomatie que les choses sont dites mais avec un titre tel que «Dépasser la mesquinerie» le propos reste clair: «Les personnes atteintes d'un handicap doivent et veulent participer à la vie sociale. Cela implique le libre accès à l'espace puvlic et des équipements convenables. En Suisse, cependant, la voie comporte encore quelques obstacles - y compris dans la tête des professionnels de la construction.»

Votations et plus… Discours officiels
Aides et Conseils juridiques

Autres Liens utiles :
Retour au TOP
Idées - Trucs - Astuces
Agile - Handicap et Politique FSIH - Fédération suisse pour l'intégration des handicapés Bureau fédéral de l'égalité OFAS - Office fédéral des assurances sociales INSOS - Association des institutions nationales pour les personnes handicapées
Pro Informis Procap FSCMA - Fédération suisse de consultation en moyens auxiliaires FST - Fondation suisse pour les téléthèses Accès pour tous
Enfant qui Roule Interactions - revue internationale et pluridisciplinaire ALARME - Association Libre pour l'Aide à la Recherche sur la Moelle Épinière (France) Handicap Info Artias - Association romande et tessinoise des institutions d'action sociale
Social Info Guide Social Romand Handi.TV Société Suisse de SEP IRP - Fondation internationale pour la recherche en paraplégie
Fassis - Centre Assistance Suisse        
Blogs - Forum - Pages Perso en ligne :
Blog Handica Handy Mobility Yanous - Hebdomadaire Livre d'Or des Célébrités ArtNow
Blogging Against Disablism Forum Droits Égaux Yanous - Hebdomadaire Forum d'entraide sur la Dépression Forum Tétraplégique
Chez Joanel Le Chemin des rêve Hippo around the world Handicap Amitié Rêves-Handic-Action
Chez Sophie Froger Handipodcast xAble - Interactive Disability Network Community Chez Marie-Claude Mer, Sexe, Soleil
Chez Isa et Staral Forum Handicap et Sentiments Glenn Shaw adventures Wheel-Life - Femmes en Fauteuil Handicap-Hubert
Hervé Duchesne Le cap d'Andy      
         
         
Cliquer ici pour me contacter ou faire des suggestions   Pour plus d'informations, n'hésitez pas à consulter les liens ici
Pub Fran�aise 1 Pub Belge Pub Fran�aise 2 Pub du Bout-du-monde Reportage France5 Reportage Palestine Journ�e des Handicap�s TankChair TankChair TankChair Chocolate Wheelchair The Chocolate Wheelchair - Wikipedia Kotega Wheelchair-bretelle The Wheelchair Assistant Le Matin en Ligne Salto Arri�re et Chaud Devant Yahoo France Discovery Channel - Monster Garage NASA Wheelchair 1998 Toyota i-unit Toyota i-unit Toyota i-unit Toyota i-unit Toyota i-unit Stop Dreaming 1 Stop Dreaming 2 Stop Dreaming 3 wheelghost - le retour Fauteuil - Fus�e Le Matin Bleu Youtube - Wheelchair Back Flip Woodward, California Wheelchairs for Dogs Frau in Rollstuhl