Chargement de la page en cours...
VEUILLEZ PATIENTER - PLEASE WAIT
  Wheelchair.ch
Le site qui «en dit plus»
 
"To believe in rehabilitation is to believe in humanity"
"Croire en la réadaptation, c'est croire en l'humanité" - Howard Rusk
informationscultureamusements & liens en rapport avec le monde du handicap
>>> Aidez-nous à vous informer <<<
>> INFO << État de la Recherche & Inventions
Innovations & Développement
>> FUN <<
Faire un don / Donate Navigation dans les rubriques :
Votations et Politique Infos Pratiques - Eurokey Info Vidéo
Infos Générales et Actualités … … Et la SUISSE dans tout cela ? Arts
&
Médias
Avancée technique et État de la Recherche… Expression et Terminologie
Contact Liens utiles
 
Chercher le mot dans cette page
État de la Recherche & Inventions - Innovations & Développement
Forum idées, Astuces
& Prototypes
Techniques de soins et nouvelles Thérapies
Chercher le mot dans cette page

Le projet BCI (Brain Computer Interface)

Le projet BCI (Brain Computer Interface) a pour objectif de redonner de la mobilité aux personnes souffrant d'un handicap moteur lourd.

Pour y parvenir, on cherche à capter et décoder les ElectroCorticoGrammes ou activité électrique cérébrale au niveau du cortex moteur afin de piloter en conséquence des exosquelettes et recréer ainsi le mouvement naturel.
La pensée alors et par delà même la volonté, serait l'origine du mouvement. Le mouvement redeviendrait volontaire.

Projet BCI (Brain Computer Interface)
Si le projet semble réjouissant, l'aspect lourd et volumimeux des exosquelettes actuels peut refroidir quelques-uns. Mais gageons qu'avec la miniaturisation à venir, cet obstacle-là aussi sera vite surmonté pour passer au final de l'aspect actuel très mécanique à un autre bien plus humain
(lire également : PsychomédiaLeti CEA TechClinatec, , )


Un implant spinal pour aider à retrouver la mobilité perdue

Après des expériences menées avec succès sur des rats paralysés en laboratoire en 2012 dans le cadre du projet européen NEUWalk et l'étude STIMO (Stimulation Movement Overground) sur la stimulation de la moelle épinière en 2016, les équipes de Jocelyne Bloch et Grégoire Courtine au Service de neurochirurgie du Centre Hospitalier Universitaire de Lausanne (CHUV) et de l'École Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) sont parvenues à offrir une assistance technique à des personnes paralysées et leur redonner une certaine mobilité.

Si la technique des implants n'est pas nouvelle, la méthode employée l'est partiellement et surtout les résultats obtenus sont stupéfiants. Contrôlé à distance avec précision, les implants électroniques au niveau de la moelle épinière, en dessous de la lésion, et d'autres au niveau des muscles, permettent de recréer artificiellement les stimuli nerveux normaux lors d'influx nerveux. Mais au travail en laboratoire s'est ajouté un entraînement physique intensif. Ainsi dans cette première phase, la stimulation a permis une activation des muscles tout en augmentant l'endurance avec leur entraînement. Et en coordonnant les intentions du patient et les impusions électroniques, ce dernier pouvait faire fonctionner ses muscles comme par sa seule volonté.
Là où l'expérience est devenue plus étonnante encore, ça a été de constater, dans une seconde phase, qu'il s'est produit comme une sorte de "récupération neurologique", certains mouvements devenant possibles sans stimulation électronique, c'est-à-dire que des nerfs endommagés semblaient partiellement se reconstruire.

À l'avenir, l'entreprise GTXmedical, co-fondée par Courtine et Bloch, va utiliser ces découvertes afin de développer une neurotechnologie sur mesure et un traitement à l'intention des hôpitaux et cliniques.
(Lire également : FranceTV InfoNatureNature neuroscience,  Actualité EPFL, , , )


Une nouvelle thérapie pour la sclérose en plaques ?

Une étude menée par les professeurs Mireia Sospedra et Roland Martin de l'Université de Zürich et parue mercredi 10 octobre 2018 dans le journal Science Transnational Medicine ouvre une nouvelle porte et de nouvelles perspectives pour le traitement de la sclérose en plaques.

Cette maladie auto-immune dégénérative affecte le système nerveux central et enduit un dysfonctionnement du système immunitaire. Il en résulte au quotidien des perturbations motrices, sensitives ou cognitives de plus en plus graves et bientôt irréversible. Les traitements usuels se sont focalisés sur les différentes manières de bloquer les attaques du système immunitaire contre les gaines de myéline tout en ignaurant les agents pathogènes eux-mêmes. Mais cette fois, l'étude a porté sur les cellules immunitaires responsables du processus pathologique et à leurs interactions avec la protéine GDP-L-fucose synthase, une enzyme en lien avec la flore intestinale des patients atteints.
"Nous croyons que les cellules immunitaires sont activées dans l'intestin et migrent ensuite vers le cerveau où elles provoquent une cascade inflammatoire quand elles rencontrent la variante humaine de leur antigène cible", explique Mireia Sospedra.
En prélevant du sang au sein d'un groupe de volontaires atteints avant d'y attacher à la surface cellulaire des fragments d'une protéine immunoactive et de réinjecter le tout, les chercheurs seraient parvenu à rééduquer le système immunitaire malade. Ce traitement est annoncé sans aucun effet secondaire indésirable.

Malheureusement, le chemin risque d'être encore long avant de trouver un véritable remède à la maladie. Il faut se rappeler qu'une annonce similaire, portant sur une reprogrammation des cellules nocives, avait déjà été faite en juin 2010 par l'équipe du professeur Burkhard Becher au sein de la même université. Par ailleurs, fin février 2018 et encore dans cette université, Andreas Lutterotti et Roland Martin se réjouissaient de cette nouvelle méthode, alors sous le nom d'ETIMSred, "Establishing Tolerance in MS". À l'époque, on estimait les chances de réussite de cette nouvelle technique thérapeutique entre 60% et 75%.
Après tout, même à 60% et sans effet secondaire, nous on est preneur.75% voire 100%, ce serait quand même mieux, beaucoup mieux.
(Lire également : Publication officiellePourquoi DocteurTagesanzeigerRTS,  Wyss Zürich ETIMSredSRF, )

Une commande vocale pour votre mobile

Bien après Apple et Microsoft, Google se lance enfin dans la mise en place de services dignes de ce nom, en commençant par une assistance vocale qui permette de commander oralement les différentes fonctionnalités d'un téléphone tactile sous Android. Mais même si le projet semble prometteur et digne du plus grand intérêt, il est encore en phase de construction. Doit-on rappeler que ce n'est qu'une version Béta ?
Alors, très logiquement, on peut se demander pourquoi, malgré toutes nos sollicitations et loin derrière sur ce marché, ce n'est que maintenant que ce projet béta est mis en route ?
Est-ce qu'en y mettant les moyens, Google va rattrapper le temps perdu et surpasser la concurrence ?
Est-ce que cette gestion par commande vocale sera suivie d'autres : commande par mouvements des yeux, commande par joystick, commande par des mots mal articulés, etc… ?

Traitement reconstitutif des lésions de la moëlle épinière

Deux études universitaires menées parrallèlement à l'Université de Louisville et à la Clinique Mayo, on conduit des patients paralysés avec lésion de la moelle épinière à retrouver une mobilité grâce à des électrodes implantés depuis le cerveau et délivrant les stimulations électriques manquantes. Les patients ont ainsi pu se stabiliser seuls en position debout et même faire quelques pas sans assistance.
(Pour en savoir plus : Paralyzed patients walk again - CNNThe Washington PostNature MedecineThe New England Journal of MedecineThe VergeAmazing treatment helps paralyzed - CNNScience DailyThe GuardianBBCNBC NewsTimeWDRBMashableForbesMedical Express, )


Syndrome de Cloves : Aurait-on trouvé une solution thérapeutique ?

En 2012, des généticiens américains ont découvert la mutation responsable du syndrome de Cloves, sur un gène appelé PIK3CA. Des mutations semblables peuvent être à l'origine de cancer, notamment du sein. C'est pourquoi, dans une étude publiée le 13 juin 2018, Guillaume Canaud, chercheur à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et à l'Université Paris-Descartes, a choisi de tester sur des patients atteints du syndrome un médicament expérimental, "inhibiteur spécifique" du gène, normalement utilisé pour soigner des cancers. Et les résultats ne se sont pas faits attendre.
Le syndrome de Cloves (acronyme anglais désignant "excroissance congénitale lipomateuse, malformations vasculaires et naevi épidermiques") est une affection qui provoque une croissance incontrôlée de certaines parties du corps, souvent au détriment de la santé générale. Pour les dix-neufs patients quisuivent ce test comme pour d'autres, cette étude ouvre donc la porte à des perspectives de guérison définitive ou partielle.
(Pour en savoir plus : INSERMFranceTV InfoLe ParisienUniversité Paris-Descartes, , Allo Docteur France5NatureFranceTV InfoOrphaNetPIK3CA sur WikipediaCloves Syndrome sur WikipediaLe FigaroSydrome Cloves, )

Corriger les gènes défectueux dans des embryons humains et mettre fin aux maladies génétiques

Une équipe de chercheurs de l'Université de l'Oregon dirigée par Shoukhrat Mitalipov a corrigé des gènes porteurs d'une maladie (cardiaque) héréditaire avec un taux de réussite de 72,4%, grâce à la technique CRISPR-Cas9. Cette technique, qui aurait déjà été employée en Chine, ouvre des perspectives quant à une fin possible des maladies héréditaires déterctées précocement.
(Pour en savoir plus : FranceTV InfoNatureCNNMIT Technology ReviewSud OuestLa CroixAlloDocteurs France5FranceTV InfoTechnologyNetworks, , )

Hi1a, la gentille protéine du venin d'araignée contre le méchant A.V.C.

Lors d'un Accident Vasculaire cérébral et face à la carence en d'oxygéne, le cerveau répond en sacrifiant de nombreuses cellules et causant de lourdes séquelles. Il génère alors de l'Acid-sensing ion channel (ASIC1a). C'est ce processus qui pourrait être aujourd'hui bloqué, selon les chercheurs australiens Sandy Pineda, Irene Chassagnon et Glenn King, de l'institut de bioscience moléculaire à l'Université de Queensland.
La protéine Hi1a, issue du venin d'araignée australienne, administrée jusqu'à huit heures après une attaque cérébrale protégerait alors les tissus cérébraux et améliorerait les performances neurologique.
(pour en savoir plus : FranceTV InfoLe TempsPNASIFLScienceThe GuardianNouvel ObservateurOuest France, )

SignAloud

Thomas Pryor et Navid Azodi, deux étudiants de l'Université de Washington ont mis au point des gants capables de traduires les gestes d'un langage signé en sons et paroles via la synthèse vocale d'un ordinateur.
Pour leurs travaux, ils ont gagné le Lemelson-MIT Student Prize 2016.
(Sources : DailyMailFranceTV InfoPage officielle de l'Université de Washington)

SignAloud

NeuroLife, une prouesse technologique au service de la santé

Pour pallier une rupture de liaison nerveuse entre les commandes cerébrales et les muscles de la main chez Ian Burkhart, jeune homme de 24 ans, blessé médullaire C5 et tétraplégique depuis un accident de plongée, une équipe de chercheurs de l'Intitut Feinstein conduite par Chad Bouton, en collaboration avec l'Université de Ohio, a mis au point NeuroLife, un montage électronique médical composé de capteurs, d'électrodes cutanés et d'un cerveau informatique.
Ian Burkhart retrouve la mobilité de son bras grâce à NeuroLife

Les capteurs implantés dans le système nerveux cérébral envoient des signaux qui, une fois interprétés, commandent une nappe d'électrodes reliés et apposés directement sur le bras du patient. Ainsi, en reproduisant le schéma naturel mais par voie électronique, NeuroLife donne la sensation au patient de commander son bras paralysé par la pensée, apparemment le plus naturellement du monde ou du moins, comme si le membre était encore valide.

Depuis quelques années, cette technique a permis à Ian Burkhart d'être le premier tétraplégique à pouvoir plier le poignet, remplir un verre, utiliser une carte de crédit ou encore jouer avec sa console à des jeux de réalité virtuelle.
(sources : FranceTV InfoInternational Business TimesNewYork TimesThe GuardianABC NewsLe MondeLiveScienceTechInsiderPortland Press Herald)


Les conséquence d'un Accident Vasculaire Cérébral…

Suite à un AVC, Les dommages sur le cerveau entraîne une perte de mémoire et quelques ralentissements. Les lésions cérébrales et le déclin cognitif s'apparentent à un vieillissement prématuré du cerveau de huit années environ, selon une étude menée à l'Université du Michigan (USA) et publiée dans la revue de cardiologie Stroke.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont consulté les données de 4 900 patients âgés de plus de 65 ans avec, notamment, des tests de mémoire et de rapidité de réflexion.

Les résultats auraient-ils été équivalents si l'étude s'était également intéressée à des patients plus jeunes ?
(Pour en savoir plus : FranceTV InfoPsychCentralMichigan University Strokes' Study)

Robear, l'ours robotisé qui vous fait passer pour un âne

Tout ce qui vient du Japon n'est pas bon à prendre… La preuve avec ce robot transporteur de charge pour lequel il faut attacher une nacelle ou prendre soin de bien sécuriser le patient sur les bras articulés.
Car le robot élevateur soulève sans plus de précaution.
D'ailleurs, si la femme qui s'est prêtée à la démonstration est une personne valide, ce n'est sûrement pas un hasard.
  • Quel est donc que cette invention robotisée ridicule où il faut être trois autour pour regarder le robot faire tout seul ?
  • Un robot pour fainéant, Monseigneur…
(Pour en savoir plus : FranceTV InfoLe Nouvelliste20 MinutesPhysics)
Robear

Lentilles de contact télescopiques, un avenir de plus en plus proche

Une lentille permettant aux personnes atteintes de dégénérescence maculaire de voir et aux autres, de voir de plus près, voilà l'objet des études d'Eric Tremblay à l'EPFL de Lausanne et présenté lors du congr&eagrave;s de l'American Society for the Advancement of Science (AAAS), du 12 au 16 février 2015.
Pour zoomer, il suffit de cligner des yeux. Mais pas n'importe quel clignement, sinon bonjour le délire visuel…
Des perspectives lumineuses à n'en pas douter, en particulier pour les personnes âgées.
(Pour en savoir plus : FranceTV InfoLien direct EPFL)
Lentilles de contact télescopiques d'Eric Tremblay de l'EPFL

Des lunettes de vision 3D pour combattre la perte naturelle de la vision

Une société canadienne, eSight, se lance le défi de reconner de la vision aux personnes malvoyantes grâce à aux nouvelles technologies et aux lunettes 3D.

Make Blidness History - Faire de la Cécité du passé, tout un programme mais quel joli programme.

(sources : Site OfficielFranceTV Info du 26/01/2015, Huffngton Post du 22/01/2015, The Star du 25/01/2015)

Un muscle développé en laboratoire ouvre des portes à l'avenir thérapeutique

Désormais, grâce à ce muscle artificiellement créé à l'Université Duke de Durham (USA), il sera possible de tester en laboratoire tout médicament ou nouvelles thérapies, sans risque pour un évemtuel cobaye.
Cela ouvre de nouvelles perspectives pour la recherche, dans le traitement de maladies lourdes comme lors de simples examens.
(sources : FranceTV InfoEurekAlert!Duke UniversityCNet)

Myopathie de Duchenne, un traitement expérimental en cours

Une équipe française de l'Atlantic Gènes Therapies à Nantes est parvenue à renforcer les muscles de 18 chiens grâce à un gène médicament et pense rapidement transposer la technique sur l'Homme.

La Myopathie de Duchenne ou Dystrophie Musculaire de Duchenne (DMD) est ici corrigée grâce à la technique dite du Saut d'exon, soit la suppression de la partie déficiente du gène et la fabrication par les cellules musculaires d'une protéine appelée "quasi-dystrophine". Une équipe néerlandaise avait déjà utilisé cette méthode fin 2007 sur des enfants atteints de la myopathie de Duchenne de Boulogne.

Marketing à quelques semaines du Téléthon en France ou véritable avancée, une autre solution médicamenteuse avait été proposée en 2012 par la société américaine Serepta Therapeutics.
(sources:France InfoFranceTV InfoYahooInstitut de MyologieRevue médicale suisseThe New York Times)

Moelle comme un duvet transplanté

Darek Fidyka, pompier bulgare devenu paraplégique après avoir été poignardé à plusieurs reprises dans le dos en 2010, a retrouvé en partie sa capacité de marcher grâce à une thérapie expérimentale impliquant la transplantation de cellules de sa cavité nasale dans sa moelle épinière endommagée.

Menés en Pologne par l'équipe du Dr Pawel à l'Université de Wrocław, les travaux sont basés sur l'utilisation de cellules nerveuses du nez (cellules olfactives engainantes, ou OEC), en renouvellement naturel permanent, par dessus lesquelles les tissus nerveux sectionnés de la moelle épinière peuvent se développer.

" Ceci est d'un intérêt scientifique plus grand que d'avoir vu l'homme marcher sur la Lune "
Cette technique, découverte à l'Institut de neurologie de l'University College de Londres (UCL), avait déjà donné des résultats probants en laboratoire mais n'avait encore jamais été expérimentée avec succès chez l'homme. Voilà qui est désormais chose faite et ouvre la voie à des grands espoirs thérapeutiques.

Tout a commencé en 2003 lorsque David Nicholls, voyant son fils Daniel paralysé suite à un accident de nage à Bondi Beach (Australie) , lui a juré, contre l'avis des médecins, de tout faire pour l'aider à remarcher si tel était sa volonté.
Auparavant, Prof Geoff Raisman de l'UCL avait montré la régénérescence permanante des cellules olfactives comme leur utilisation pour des transplantations sur des souris.
Aujourd'hui, à l'argent d'une Fondation créée pour l'occasion et la persévérance des chercheurs de Wroclaw, son rêve est plus proche que jamais de la réalité. (en savoir plus: MailOnlineBBC)

Pour être définitvement validée et parfaitement maîtrisée, l'expérience doit être encore reconduite avec succès plusieurs fois.
(sources : The WeekLe Point BBCIndependentThe GuardianEuroStemCellFrance5i24 NewsLe Quotidien du médecinMailOnline)

Des prothèses, on y pensait sérieusement

À l'inverse des prothèses habituelles commandées par des fils d'électrodes externes, ces prothèses évoluées mises au point à l'École Polytechnique Chalmers, à Göteborg en Suède, sont commandées par la pensée et leurs signaux véhiculés par les os.

La prothèse commandée par la pensée, fruit des recherches de l'École Polytechnique Chalmers à Göteborg en Suède
Utiliser les impulsions avant section des personnes amputées n'est pas une idée nouvelle en soi pusque de telles expériences existent depuis les annés 60. Ce qui est nouveau par contre, c'est la méthode, les implants cérébraux récoltant les intentions du patient passant directement à travers les os. Si les anciennes techniques étaient limitées dans les mouvements et difficiles à contrôler jusqu'à être carrément très inconfortables, la nouvelles présente nettement plus de fiabilité et de confort.
(sources : ChalmersGizmagEngadgetNewsWeek)

Prothèse, greffe ou bras bionic… Une main robotique commandée par le cerveau à l'image des trois succès obtenus par le professeur Oskar Aszmann à l'Université de médecine de Vienne, entre avril 2011 et mai 2014. (En savoir plus : The LancetFranceTV Info)

Toshiba Aiko Chihara, le robot qui parle la langue des signes

Elle vous souhaite la bienvenue au CEATEC 2014, grande messe des nouvelles technilogies au Japon. Elle, c'est Aiko Chihara, une femme robot née de la collaboration de Toshiba avec plusieurs grandes universités japonaises dont l'Université d'Osaka et qui a la particularité d'allier le geste à la parole, de signer avec les mains ce qu'elle dit de sa voix synthétique.

Si le robot en silicone est agréable et agile, il n'est pour l'instant pourvu d'aucune intelligence et ne répond qu'à des ordres préprogrammés. Pas moins de 15 moteurs lui permettent de faire varier les expressions de son visage alors que ses bras se meuvent grâce à des pistons à air-comprimé pour assurer de la fluidité dans les gestes. Pour ce qui est du logiciel, s'est essentiellement basé sur Android.
Toujours en développement, les ingénieurs prévoient à court terme de lui apprendre d'autres langues des signes que le japonais et l'exhiber dans d'autres grandes expositions.

(sources : Engadget)

Toshiba Aiko Chihara

MindRDR, une application de Télékinésie pour Google Glass

This Place, une société britanique, lance une application permettant de contrôler les lunettes Google Glass avec la seule pensée et de pouvoir ainsi prendre des photos par télékinésie, sans bouger le petit doigt ni aucune autre doigt d'ailleurs.
Après la commande vocale, voici donc une autre application permettant aux personnes handicapées de tirer profit de cet outil.
(sources : HandicapInfosFrance24CubicJDNTechCrunch)

Des gants pour lire le Braille

S'il existait des gants munis de capteurs aux extrémités des doigts ou de capteurs de mouvements qui, reliés à un décodeur, un écran d'affichage ou un synthétiseur de voix, vous permettaient de lire le braille plus aisément.

Inversément, on peut apprendre le braille en intégrant des moteurs et créant des stimuli vibratoires pour reproduire les signes du braille. C'est ce qui a, entre autres, été fait par L'Institut de Technologie de Géorgie qui a mis au point une machine capable de vous apprendre le braille à votre insu, même quand vous avez votre attention ailleurs.

(sources : EngadgetTimeMakezinDesign TimelineDocsTocAllReadableGlogster)

Roombots, le mobilier adaptatif

Roombots ou quand les robots deviennent des meubles

Et si l'on changeait d'optique ?
Jusqu'ici, il fallait se déplacer vers les objets du quotidiens. Et si demain, ce sont les objets qui venaient à nous et s'adaptaient à nos besoins ?

À la manière d'un jouet géant, le mobilier robotisé et modulable imaginé dans ce projet de l'EPFL nommé Roombots se construit et se transforme selon les situations et les besoins de la personne. Ainsi, plus besoin d'atteindre une commande ou chercher un objet, ceux-ci viennent directement à vous !

Demain, lesproblèmes de mobilité et d'accessibilité ne seront-ils plus que des questions de "mobilier non adaptable" ?
(Lire également : New ScientistSpectrumMashableEngadget)
Roombots, le mobilier adaptatif
Voir le fonctionnement des modules en vidéo
Documents en rapport (pdf) :

Une prothèse bionique de la main donne le sens du toucher

Un homme amputé a testé une prothèse qui restitue le sens du toucher. Ces recherches font partie d'un projet européen qui réunit hôpitaux et universités suisses, italiens et allemands.

Cette prothèse est munie de capteurs capables de réagir à la tension des tendons artificiels. Elle transforme en impulsions électriques les informations émises quand le patient manipule un objet. Ces signaux, convertis en équivalent d'impulsions nerveuses, sont transmis aux quatre électrodes greffées sur les nerfs périphériques du bras.

"J'ai pu ressentir des sensations que je n'avais plus ressenties depuis neuf ans.", avoue Dennis Aabo Sørensen, le Danois de 36 ans qui a testé le dispositif à l'hôpital Gemelli de Rome, Italie et qui avait été amputé du bras gauche neuf ans plus tôt en manipulant des feux d'artifice chez lui.
L'essai clinique a également été publié dans la revue scientifique américaine Science Translational Medicine.
(sources : RST Info Actu EPFL20MinutesFranceTV Info)
prothèse bionique de la main

Mini-Cerveau en laboratoire

Du tissu cérébral humain qui pourrait servir à étudier des maladies et les premiers développement du cerveau a été obtenu par des chercheurs à partir de cellules souches. Il s'agit plus techniquenent organoïdes cérébraux, des composés d'amas de tissus cérébraux en trois dimensions dans des boîtes de Petri obtenus à partir de cellules souches pluripotentes.

Au final, les cellules obtenues présent les caractéristiques du tissu cérébral embryonnaire. Recréant ainsi les premières étapes de la formation du cortex cérébral humain, elles vont servir à l'étude du développement du cerveau et des troubles y relatif.

Mais on est encore loin de pouvoir recréer toutes les interactions du cerveau en laboratoire et le but n'était pas de fabriquer des éléments pour remplacer des parties lésées du cerveau humain, selon Juergen Knoblich de l'Académie des Sciences autrichienne (Vienne) qui a coordonné ce travail.
(sources : Le MondeLe Nouvel ObservateurL'ExpressFranceTVRTBFNature)

Permoveh – the future of Personal Mobile Vehicle

Voilà encore une invention vaponaise qui risque de dessiner les contours de ce que seront demain les aides robotisées de mobilité, en particulier pour les personnes âgées ou à mobilité réduite.
Développé par Komori Masaharu, professeur à l'Université de Kyoto, voilà un engin motorisé capable de se glisser dans toutes les directions grâce à des roues imbriquées omnidirectionnelles.
detail technique du Permoveh - Personal Mobile Vehicle

Honda Walking Assist Device

Spécialiste de la robotique, Honda nous a gratifié dès 2008 d'une assistant à la marche robotisée, permettant également de soulager les efforts supportés par les membres inférieurs dans le cas de personne en surpoids.
Bien qu'expérimental, un appareil comme cela, une fois commercialisé, permettrait alors à de personnes souffrant de mobilité réduite, essentiellement à la suite de surchage pondérale, de difficulté articulaire ou de malformations veineuses, de retrouver une facilité de mouvements dans la vie quotidienne.
(sources : Honda NewsRoomHondaAutoBlog)
Honda Walking Assist Device

Un groupe français de biotechnologie dit avoir découvert un traitement contre la leucémie

Le groupe de biotechnologies Cellectis, spécialisé en ingénierie des génomes, annonce, jeudi 4 juillet 2013, avoir prouvé l'efficacité de son médicament phare, UCART19, contre ce cancer des cellules de la moelle osseuse. Celui-ci aurait réussi à éliminer la leucémie chez des souris sur lesquelles ont été transplantées des cellules humaines.

Le docteur Martin Pule, de l'University College London (UCL) qui a pris part à l'étude, explique dans un communiqué que "ces résultats constituent une étape importante dans le développement d'une immunothérapie standardisée contre la leucémie aiguë et chronique".

En 2008, l'alemtuzumab, développé à l'origine pour traiter la leucémie, s'est avéré avoir des effets bénéfiques dans le traitement des scléroses en plaques SEP, non seulement en arrêtant la progression de la maladie mais aussi en inversant ses effets. On peut donc s'attendre peut-être à ce que, dans un avenir plus ou moins proche, ce nouveau traitement, s'il est confirmé, soit également profitable à la compréhension ou au traitement de la sclérose en plaques ou SEP, maladie neurologique auto-immune chronique du système nerveux central où l'organisme détruit sa propre myéline qu'il reconnaît comme un corps étranger.
(sources : Le MondeDocBuzzThe New England Journal of MedecineFranceTVHuffington Post Cellectis)

Oxygénation artificielle

Une équipe de l'Hôpital pour enfants de Boston (USA) a mis au point une microparticule injectable, capable d'oxygéner le sang d'un patient de façon artificielle, sans gonfler les poumons.

Inventeur de cette particule capable de contenir trois à quatre fois plus d'oxygène qu'une cellule sanguine, le docteur John Kheir, raconte sur le blog de l'hôpital la genèse tragique de la particule.
Tout a commencé lorsqu'à la suite d'une pneumonie qui a provoqué un arrêt respiratoire de plusieurs minutes, une petite fille de 9 mois, que le médecin tentait de sauver, a subi des dommages cérébraux irréversibles. Elle décédera trois jours plus tard.
Dévasté, le médecin s'est alors lancé à la recherche d'une méthode permettant d'oxygéner un corps sans utiliser les poumons.

À la base, il s’agit de particules inspirées par celles déjà utilisées comme vecteur de substances actives dans les tissus pour la chimiothérapie ou comme « colorants » pour des échographies. Mais contrairement à leurs cousines qui libèrent leurs produits lentement, ces microparticules se dissolvent très rapidement dans le sang en libérant de l’oxygène.

Des tests ont été réalisés avec des lapins sous-alimentés en oxygène. Quelques secondes après l’injection en intraveineuse des microparticules en suspension dans un liquide et contenant 50 à 90ml d'oxygène par décilitre, le taux d’oxygénation du sang est passé de 70% à presque 100%. Malheureusement, ce taux a chuté tout aussi vite juste après.

De l'aveu du Dr Kheir, il reste encore de nombreux obstacles avant que ces particules ne voient le jour. Mais comme il le dit lui-même : « Je préfère avoir essayé et échoué qu'avoir tourné autour du lit de ma patiente cette nuit-là, en me disant : "c'est dommage, on a tout essayé". »
(sources : FranceTVPsfkFutura–SciencesScienceMag)

Reflux gastriques sévères

Reza Shaker, un gastroentérologue du Medical College of Wisconsin, met au point un dispositif permettant d'en limiter les effets négatifs et désagréables.
Une pression extérieure exercée sur la trachée permettrait alors de bloquer la remontée de l'acidité.
(source : JSOnline)

Un ingénieur de la NASA, tétraplégique, réinvente la roue

Puisqu'ils faut plus d'effort pour faire avancer un fauteuil roulant que de le faire reculer, le mouvement faisant appel à des muscles frontaux du bras de moins massifs que ceux utilisés pour le mouvement contraire, cet ingénieur a eu l'idée d'intégrer un système de rouages mécaniques dans le moyeu d'un fauteuil et d'inverser le jeu : Il suffit à suffit pour cela de monter un simple embrayage-Planétaire et le tour était joué… pour en savoir plus

Des symptômes de l'autisme combattus avec un diurétique

La sévérité de certains des troubles de l'autisme pourrait être atténuée par un diurétique, selon une étude de chercheurs de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) rendue publique mardi 11 décembre dans la revue Translational Psychiatry.

L'essai, en double aveugle, a porté sur soixante enfants autistes âgés de 3 à 11 ans. Pour "réduire les niveaux de chlore" dans les cellules, particulièrement élevés chez les autistes au niveau des neurones corticaux, ils ont reçu, pendant trois mois, soit le diurétique (1 mg de bumétanide par jour) soit un placebo. Bien que non curatif, il s'avère que ce traitement entraîne, pour les trois quarts des enfants traités, une diminution de la sévérité des troubles autistiques. À l'arrêt du traitement, certains troubles réapparaissent.

«Même s’il ne peut pas guérir la maladie, le diurétique diminue la sévérité des troubles autistiques de la plupart des enfants. D’après les parents de ces enfants, ils sont plus présents», souligne Yehezkel Ben-Ari, un des co-auteurs de l’essai. Mais selon l’AFP, un spécialiste, la professeure émérite Uta Frith, s’est montrée pour sa part «sceptique», ayant vu «un nombre impressionnant de traitements de l’autisme surgir puis disparaître»
(source : FranceTV InfoLibérationDirectMatin)

Une expérience canadienne rend visible l'expression chez Scott Routley, un homme plongé dans un état végétatif depuis 12 ans

Victime d'un accident de la route, Scott Routley, 39 ans, vit dans un état végétatif depuis 12 ans. Ses yeux sont ouverts mais pourtant personne ne sait vraiment s'il voit quelque chose ou pas. Il aurait pu ainsi être condamné au silence bien que, même dépourvu de la parole, il avait encore beaucoup à dire.

Pr Adrian Owen, directeur de recherches du Brain and Mind Institute de l'University of Western Ontario, rappelle que les études publiées en ligne l'année passée dans la revue The Lancet montrent bien qu'un patient sur cinq reste conscient, bien qu'enfermé dans son corps et incapable de communiquer.
En collaboration avec le Addenbrooke’s Hospital et le Cambridge Impaired Consciousness Group, Pr Owen avait développé depuis trois ans des techniques qu'il a pu mettre à profit au Canada.

Son équipe a ainsi travaillé auprès de Scott Routley pendant 12 mois, à la recherche des réactions humaines spontanées et ce n'est que depuis juin 2012 qu'un usage de l'IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) médical s'est imposé.
En parlant au patient pour lui demandant de visuliser mentalement des images prédéfinies et stymuler à tour de rôle des zones différentes du cerveau (zone du plaisir, de la mémoire ou des réflexes), il a ainsi pu être prouvé que celui-ci pouvait encore interagir avec son environnement extérieur.

Un autre patient canadien, Steven Graham, également réduit au silence d'un état végétatif, a pu même enregistrer de nouvelles données dans sa mémoire et les restituer, malgré son état.

Et pourtant ce n'est pas ici un premier cas. En 2006 déjà, L'imagerie magnétique avait été utilisé dans deux cas qui avaient alors défrayé la chronique : Celui d'une jeune Anglaise, a priori privée de toute perception consciente, qui s'imaginait jouer au tennis ou celui d'un Américain de 39 ans, Terry Wallis, qui recouvrait l'usage de la parole après dix-neuf ans de prostration. (source : La Recherchel'histoire de Terry Wallis)
Ce qui est nouveau ici, c'est l'usage de l'IRM pour rentrer en dialogue par delà la paralysie et le coma.
Alors si Scott Routley, après 12 ans dans un état végétatif avéré et sans le moindre mouvement spontané significatif, sait encore communiquer à sa manière, même si on en a pas toujours conscience, combien d'autres, emmurés dans le silence, sont aussi dans le même cas ?
(source : The StarBBC NewsHuffingtonPostCBC NewsCTV NewsCambridge News )

Toyota innove dans l'intérêt des personnes à mobilité réduite

Toyota healthcare - Personal Mobility Technologies a présenté quatre nouveaux robots d'aide à la mobilité au Tokyo Motor Show 2011, mis au point avec la collaboration de Fujita Health University Hospital.

Un premier robot, dénommé "Walk Training Assist", capte l'intention d'un mouvement en avant (marche) et le robot apporte alors son aide pour plier le genou.
Le second, dénommé "Independent Walk Assist", apporte une assistance à une personne dont une jambe serait paralysée afin de lui permettre de se déplacer sans béquilles. En fait, son fonctionnement est comparable au précédent avec une aide supplémentaire: Le robot soutient également le poids de l'effort! Un soutien graduel qui tend à disparaître à mesure que le patient avance et prend de l'aisance à la marche.
Un troisième, le "Balance Training Assist", aide à développer le sens de l'équilibre et du mouvement en station verticale.
Enfin, le dernier, le "Patient Transfer Assist", apporte une assistance robotisée dans les hôpitaux pour les personnes qui connaissent des difficultés à se lever du lit.

Une commercialisation est prévue en 2013 (pour en savoir plus: CBCNews, Mashable Tech, Yahoo! News, Handimobility)
Robots Toyota d'assistance à la mobilité

Les secrets du champignon de l'’Himalaya

Le nom d’Isaria sinclairii ne vous évoque sans doute rien et pourtant c’est une moisissure très présente en Asie, qui a la propriété de tuer certains insectes et qui va peut-être apporter un grand soulagement à certaines victimes de Sclérose en plaques SEP.

C’est un universitaire japonais, Tetsuro Fujita,  qui s’est penché le premier, il y  a 25 ans, sur les vertus de ce champignon d’Himalaya utilisé dans la médecine chinoise depuis la nuit des temps. En particulier, il s'est apperçu que celui-ci pouvait provoquer la suppression du système immunitaire des insectes parasites dont il était porteur. Avec son équipe de l’Université de Kyoto et l'aide de laboratoires pharmaceutiques japonais, dont Mitsubishi Tanabe Pharma, une molécule a pu être isolée qui, devenu le fingolimod, va donner prochainement naissance au premier traitement par voie orale dela sclérose en plaques SEP.

«J'étais loin de penser que ce serait un traitement pour la sclérose en plaques», Fujita, 80 ans, a déclaré dans une interview à Kyoto. "J'étais plus intéressé par l'immunosuppression des greffes d'organes. Je ne savais rien sur (cette) maladie à l'époque. "

Novartis a commencé à vendre Gilenya, le médicament dérivé (dénomination technique: sphingosine 1-phosphate receptor (S1P-R) modulators), aux États-Unis en Octobre 2010. Les ventes prévues en feraient l’un des 10 médicaments les plus vendus à travers le monde.

Ce nouveau médicament stoppe les rechutes pour moitié plus que les classiques traitements par injection. De plus, il facilitera le traitement t de la maladie car il fera économiser du temps et permettra aux malades de prétendre à une vie normale. (source: France2 info, The Wall Street Journal, The New England Journal of Medecine, ForSEPs, Multiple Sclerosis Resource Center MSRC, Central Science)
Une nouvelle de chirurgie précoce vient des États Unis: la chirurgie intra-utérine! Il est alors possible de corriger des malformations natales avec moins de risques liés.

Telle sont les résultats d'études menées conjointement par la Dr Diana Farmer au Benioff Children’s Hospital de l'Université de Californie à San-Francisco et le Dr N. Scott Adzick au Children's Hospital de Philadelphie sur des enfants atteints de spina bifida. Il en ressort que 42% des enfants traités de façon prénatale, entre la 19éme et la 26éme semaine de gestation, ont une chance de pouvoir marcher sans assistance dès l'âge de 3 ans contre 21% pour d'autres enfants traités de façon postnatale.

De plus, selon les médecins, cette nouvelle technique permet d'éviter les complications et les chirurgies répétées rencontrées dans le traitement d'enfants malades après naissance. (source: USNews Science 10.02.2011)
Des transplantations de cellules souches dans les muscles des pattes de souris ont empêché la réduction de leur masse musculaire, qui se produit normalement avec l'âge, selon une étude de chercheurs américains dévoilée mercredi.

Cette découverte pourrait potentiellement un jour être employée pour traiter des maladies dégénératives musculaires chroniques chez les humains, selon les chercheurs.

«Nous avons constaté que les cellules souches musculaires transplantées chez des souris avaient de façon permanente arrêté le vieillissement du muscle, maintenant sa force et sa masse», a expliqué le Pr Bradley Olwin, du département de biologie cellulaire et moléculaire de l'Université du Colorado, un des auteurs de l'étude publiée dans la revue Science Transnational Medicine.

L'expérience a montré qu'une jeune souris souffrant d'une blessure musculaire à la patte, qui avait reçu des injections de cellules souches musculaires (de 10 à 50) provenant d'une autre jeune souris, a permis de non seulement de guérir le muscle meurtri en quelques jours, mais aussi d'en doubler la masse et de la conserver ainsi jusqu'à la fin la vie de l'animal.

«C'est un résultat inattendu et très exaltant», a dit le Pr Olwin dans un communiqué.

«Nous avons observé que les cellules souches transplantées sont intégrées de façon permanente et réduisent le vieillissement du muscle receveur», a-t-il ajouté. «Les cellules transplantées ont semblé doper les cellules musculaires,  surmultipliant leur capacité à s'auto-reproduire».
Ce phénomène ne s'est pas produit quand des cellules souches musculaires étaient transplantées dans des muscles de souris jeunes et non-blessées.

«Grâce à d'autres recherches, nous pourrons un jour être capables de réduire considérablement la perte de masse et de force des muscles chez les humains qui vieillissent mais aussi traiter des maladies dégénératives chroniques comme la dystrophie musculaire», a prédit Bradley Olwin. (source: cyberpresse)
Des médecins américains du Centre Shepherd d'Atlanta (USA) ont commencé à traiter un patient avec des dérivés de cellules souches embryonnaires humaines, des cellules à l'état précoce capables de régénérer n'importe quelle cellule endommagée du corps humain. En novembre 2000 déjà, des expériences menées à l'hôpital Johns Hopkins de Baltimore avaient montré la potentialité de telles traitement sur des souris paralysées de laboratoires (voir ici pour en savoir plus). Mais pour la première fois au monde, il s'agit là de cellules souches provenant d'embyons humains et non animales.

De telles pratiques sont d'ailleurs très contestées, notamment par les pouvoirs religieux, et n'ont été autoriées aux USA que depuis l'aval du président Obama en 2008. "Le début de l'essai clinique GRNOPC1 est une étape importante pour les thérapies humaines basées sur les cellules souches embryonnaires", souligne dans un communiqué le Dr Thomas Okarma, PDG de la firme de biotechnologie américaine Geron Corporation.

Jusqu'à récemment, tous les espoirs se portaient sur la médecine chinoise et les personnes désireuses devaient faire le voyage en Chine pour en bénéficier. Le traitement comprenait également de l'acuponcture pour une meilleure répartition des énergies vitales.
Le principal objectif de cet essai clinique dit de phase 1 est d'évaluer la sûreté et la tolérance à ces cellules dérivées de cellules souche embryonnaires dite GRNOPC1 chez des personnes paralysées à la suite d'une blessure à la moelle épinière.

"Quand nous avons commencé à travailler sur ce projet en 1999, beaucoup prédisaient plusieurs décennies avant que ces thérapies cellulaires soient approuvées pour des essais cliniques chez des humains", a rappelé le Dr Okarma. Pourtant, bien que l'autorité fédérale des médicaments, la Food and Drug Administration (FDA) n'ait donné son feu vert à Geron pour mener de tels essais qu'en janvier 2009, les texts sont déjà là.

L'objectif de l'essai GRNOPC1 est d'injecter sur des volontaires paralysés des cellules dérivées de cellules souches embryonnaires humaines (GRNOPC1) dans l'espoir qu'elle puissent régénérer les cellules nerveuses endommagées et, potentiellement, permettre à la personne paralysée de retrouver la sensibilité et la faculté de mouvement.
(source: Tribune de Gen�ve et 20Minutes du 11.10.2010, ChinaStemCellNews)
Vingt ans après ses premiers travaux sur les lésions de la moelle épinière, le professeur Martin Schwab, directeur de l'institut de recherche sur le cerveau de l'université de Zürich a commencé à tester, en 2005, sur «un petit nombre de patients humains» paralysés, une molécule conçue dans l'espoir de soigner des traumatismes médullaires jusqu'à présent incurables.
Conçue avec Volker Dietz, chef du centre de paraplégiologie de la clinique Balgrist à Zurich, la première phase de ce protocole intégrera des patients qui souffrent de lésions médullaires graves datant de moins de quinze jours – les malades chroniques n'étant pour l'heure pas concernés par ce traitement. Sitôt son état stabilisé, chacun d'entre eux s'est vu greffé sous la peau une pompe qui, reliée par un cathéter à la moelle épinière, permettait l'injection continue du médicament dans le liquide céphalorachidien. Ce dispositif en place, l'équipe scientifique suivait les malades semaine après semaine. Avec un double objectif : décrire d'éventuelles améliorations, mais aussi détecter au plus vite les possibles complications.
Purifiée et produite par le laboratoire suisse Novartis, cette molécule expérimentale a été imaginée dans les années 1980 par Martin Schwab, dans le cadre d'un programme sur le système nerveux central (SNC). «A l'époque, on cherchait à comprendre pourquoi les fibres nerveuses qui relient le cerveau à la moelle épinière, lorsqu'elles ont été sectionnées lors d'un accident, échouent à se régénérer, alors que dans le système nerveux périphérique, ces mêmes axones repoussent spontanément sur plusieurs centimètres», se rappelle le scientifique. Cette interrogation l'a mené tout droit à la découverte d'une protéine qui, présente dans les gaines de myélines du SNC, inhibe la repousse des axones.
Baptisée Nogo, cette molécule purifiée en 1998 se trouve au coeur des travaux menés à Zurich. «Nous travaillons sur l'hypothèse qu'en bloquant l'action de cette protéine – ainsi peut-être que d'autres facteurs inhibiteurs –, nous allons favoriser un phénomène de reconnexion neuronale qui, chez les personnes paralysées, pourrait déclencher une récupération fonctionnelle», poursuit Martin Scwhab.
Pour explorer cette piste, le chercheur a mis au point un anticorps capable, in vitro, de bloquer l'action de Nogo. Il a ensuite testé ce médicament sur des rats préalablement paralysés, avec des résultats encourageants : l'expérience a en effet mis en évidence une repousse des axones «sur de longues distances», ainsi qu'«un très net regain de mobilité». Parallèlement, les chercheurs ont démontré que le rétablissement de connexions nerveuses favorisé par le Nogo n'entraîne, à première vue, pas de «mal fonction» chez le rat – douleurs provenant de la moelle épinière, raideurs des membres ou épilepsie, notamment.
Pour autant, Martin Schwab sait que des résultats observés chez le rongeur, même encourageants, ne sont pas facilement transposables chez l'homme. C'est pourquoi il s'est employé à tester l'efficacité de son médicament chez le macaque en s'associant à une équipe de Fribourg qui, après avoir pratiqué sur plusieurs singes «de petites lésions cervicales» censées affecter les mouvements fins de la main, les a traités avec l'anticorps. «Sur un premier groupe de six animaux, on a démontré que les animaux traités récupèrent 80% de leurs fonctions, contre 15% environ pour ceux qui ont reçu un placebo», assure le chercheur.
Forts de ces observations concordantes, et les études de toxicologie menées par Novartis s'étant révélées concluantes, Martin Schwab et Volker Dietz ont commencé à expérimenter cet anticorps chez l'homme. L'objectif étant, quel que soit le résultat, de réunir des données incontestables – là où, jusqu'à présent, les rares essais cliniques relaissés étaient disqualifiés par d'importantes lacunes méthodologiques. «C'est pour cela que nous travaillons, depuis dix ans, à améliorer nos outils diagnostiques afin de décrire les lésions médullaires et l'état fonctionnel des patients, assure Volker Dietz. Ainsi, on pourra mesurer les éventuels progrès dus à l'action d'un médicament.»
Les chercheurs de Balgrist ont ainsi développé une technique d'«électrophysiologie» qui, conçue pour mesurer la circulation de courants électriques envoyés en différents points du système nerveux, permet de prédire l'évolution d'une lésion, dix jours seulement après l'accident. Ils travaillent aussi à améliorer les outils de rééducation qui permettent aux blessés médullaires, dont les lésions sont rarement totales, d'exploiter les connexions encore en place pour récupérer une part de mobilité. «Même si on découvre un médicament qui prouve vraiment son efficacité, l'entraînement fonctionnel conservera toute son importance», souligne Roland Müller, chef du laboratoire à Balgrist.
À l'issue de la première phase expérimentale, conçue pour démontrer l'innocuité de l'anticorps, des essais de phase 2 et de phase 3 viseront à étudier son action sur plusieurs centaines de patients qui seront recrutés grâce à un réseau de centres cliniques : une dizaine d'établissements européens – dont l'hôpital français de Garches – et nord-américains collaborant à la fondation créée par l'acteur Christopher Reeve. C'est au terme de ce travail d'expérimentation, prévu pour durer plusieurs années, que l'efficacité de la molécule chez l'homme pourra éventuellement être démontrée.
(source : ALARME - Association française libre d'aide a la recherche sur la moelle épinière, Caducee)
Sclérose en plaques (SEP) veineuse
Chronic CerebroSpinal Venous Insufficiency - CCSVI par le Dr Zamboni - en savoir plus ici
Voir également les sites officiels (en anglais) du Traitement par la Libération ou du Traitement CCSVI
Autres Liens utiles :
Retour au TOP
Idées - Trucs - Astuces
Agile - Handicap et Politique FSIH - Fédération suisse pour l'intégration des handicapés Bureau fédéral de l'égalité OFAS - Office fédéral des assurances sociales INSOS - Association des institutions nationales pour les personnes handicapées
Pro Informis Procap FSCMA - Fédération suisse de consultation en moyens auxiliaires FST - Fondation suisse pour les téléthèses Accès pour tous
Enfant qui Roule Interactions - revue internationale et pluridisciplinaire ALARME - Association Libre pour l'Aide à la Recherche sur la Moelle Épinière (France) Handicap Info Artias - Association romande et tessinoise des institutions d'action sociale
Social Info Guide Social Romand Handi.TV Société Suisse de SEP IRP - Fondation internationale pour la recherche en paraplégie
Fassis - Centre Assistance Suisse Nordic Network on Disability Research      
         
Blogs - Forum - Pages Perso en ligne :
Blog Handica Handy Mobility Yanous - Hebdomadaire Livre d'Or des Célébrités ArtNow
Blogging Against Disablism Forum Droits Égaux Yanous - Hebdomadaire Forum d'entraide sur la Dépression Forum Tétraplégique
Chez Joanel Le Chemin des rêve Hippo around the world Handicap Amitié Rêves-Handic-Action
Chez Sophie Froger Handipodcast xAble - Interactive Disability Network Community Chez Marie-Claude Mer, Sexe, Soleil
Chez Isa et Staral Forum Handicap et Sentiments Glenn Shaw adventures Wheel-Life - Femmes en Fauteuil Handicap-Hubert
Hervé Duchesne Le cap d'Andy      
         
         
Cliquer ici pour me contacter ou faire des suggestions   Pour plus d'informations, n'hésitez pas à consulter les liens ici
Pub Fran�aise 1 Pub Belge Pub Fran�aise 2 Pub du Bout-du-monde Reportage France5 Reportage Palestine Journ�e des Handicap�s TankChair TankChair TankChair Chocolate Wheelchair The Chocolate Wheelchair - Wikipedia Kotega Wheelchair-bretelle The Wheelchair Assistant Le Matin en Ligne Salto Arri�re et Chaud Devant Yahoo France Discovery Channel - Monster Garage NASA Wheelchair 1998 Toyota i-unit Toyota i-unit Toyota i-unit Toyota i-unit Toyota i-unit Stop Dreaming 1 Stop Dreaming 2 Stop Dreaming 3 wheelghost - le retour Fauteuil - Fus�e Le Matin Bleu Youtube - Wheelchair Back Flip Woodward, California Wheelchairs for Dogs Frau in Rollstuhl