Chargement de la page en cours...
VEUILLEZ PATIENTER - PLEASE WAIT
  Wheelchair.ch
Le site qui «en dit plus»
 
Liste des Ètablissements Scolaires & Ècoles accessibles en fauteuil roulant
Ensemble, le monde est plus accessible.
Faire un don / Donate Navigation dans les rubriques :
Exemples / Contre-exemples Informations Fédérations & Associations
Écoles normales Lectures personnelles Enseignements spécialisés
Au-delà des frontières suisses Appartements pour étudiants
Camps et manifestations adaptés à tous
Contact Carte Google Liens utiles
-> PaternitÉ / MaternitÉ / Enfance + Handicap <-  
Chercher dans cette page
Enseignement public libre - Éducation pour tous - Égalité de chance Il y a eu le siÈcle des lumiÈres…
     mais les lumiÈres se sont Éteintes depuis bien longtemps dÉjÀ.
Quand verra-t-on À nouveau briller le soleil au dessus des esprits de clocher ?

« Il faut prendre conscience de l’apport d’autrui, d’autant plus riche que la diffÉrence avec soi-mÊme est plus grande. » … Albert Jacquard (1925 – 2013)


explication de texte :
Pourquoi il est important que les ÉlÈves de toute condition se cÔtoient ?

La cohabitation sociale et la connaissance des différences commencent à l'école de la Vie.

L'enfance correspont à la période d'apprentissage et de maturation de l'être humain. C'est un période propice pour la construction de la personnalité et de l'esprit mais tout aussi importante pour la socialisation de celui ou celle qui sera un jour grand(e) et devra s'intégrer à un monde en marche.
L'intégration des élèves handicapés dans le même établissement que leurs semblables valides est donc doublement importante. Elle permet à la fois :
Disability = Diversity - Syracuse University, Différences de capacité = Diversité - Université de Syracuse
  • de tisser des liens d'amitié par delà le handicap
  • de mieux connaître et faire connaître les différences liées, entre autres, aux aptitudes physiques des uns et des autres
  • de favoriser des ouvertures d'esprit et des aptitudes d'aller vers autrui
  • d'éveiller la curiosité des uns et des autres
  • de normaliser dans l'esprit des plus jeunes la pluralité des genres et des personnes
  • de rendre concret les écarts liés à des choix ou à une capacité
Si, dès son plus jeune apprentissage, l'enfant est amené à vivre la diférence, alors toute sa vie il la trouvera normale et apprendra à s'en enrichir.

Le handicap est une source intarissable d'enseignements.

Le handicap et par extension l'élève handicapé est un gage de qualité autant qu'un atout majeur pour l'école qu'il n'est un poids.

Le handicap est un défi à la connaissance et à l'imagination.

Déclaration mondiale sur l'éducation pour tous - Conférence mondiale du 5-9 mars 1990
Session de formation portant sur les techniques éducatives et thérapeutiques des établissements et services d'éducation spéciaie pour enfants handicapé - École nationale de la santé publique et la Direction de l'action social – France 1988
Disability Studies - approche transdisciplinaire du handicap
Projet européen AccesSchool - résumé (.pdf) / Dépliant de présentation générale / brochure de sensibilisation
De l’intégration scolaire à l’école inclusive : changement de regard, changement de pratiques - Institut Supérieur de Pédagogie (France)
Réseau international sur le Processus de production du Handicap - Québec - Canada
CREDAS - Aide au développement de mesures éducatives, scolaires et d’accompagnement pour des personnes en situation de handicap et/ou présentant des besoins éducatifs particuliers
 
 
 
Informations Exemples / Contre-exemples...

Projets utiles et ingénieux pour ces étudiants suédois en 2012

À l'Université Linnaeus de Kalmar (Suède), l'ingéniosité a pris un sens encore plus concret pour les étudiants en génie mécanique. Parmi les projets qu'ils ont été appelés à réaliser, il y en a un quasi taillé sur mesure : concevoir et réaliser des vélos bi-place pour l'accompagnement de personnes handicaées, avec plate-forme pour fauteuil roulant ou siège d'appoint.

Sociaux autant qu'ingénieux, solidaires autant qu'utiles, des projets comme cela donnent tout son sens au génie et plein de génie au bon sens.

(voir la page officielle)
Projets des étudiants en génie mécanique de l'Université Linnaeus de Kalmar en 2012

La France condamnée pour son faible taux de scolarisation des enfants autistes

Seuls 20% des enfants autistes sont scolarisés dans des établissements classiques et c'est bien trop peu selon un jugement rendu par le Conseil de l'Europe… (pour en savoir plus  : FranceTV Info 05.02.2014)
Que dire alors de la Suisse qui en intègre encore moins dans ses écoles publiques… au point de frôler le zéro absolu.

L'école mène à tout… même au pire !

Pour les besoins d'une campagne de recherche financière en fin d'année, trois entreprises ou associations suisses actives dans les domaines du handicap, la Fédération suisse des sourds, Insieme Vaud et Forom Écoute, se sont réunient pour éditer de petits documents, brochures ou DVD pour parler de l'intégration des enfants handicapés dans les écoles publiques.

C'est vrai… Pourquoi voir grand tout seul quand on peut faire petit à trois !

Plus ridicule encore, le titre et propos choisi par le journal 24H comme gros titre de son court article du 19.12.2013 : « L'école doit apprivoiser le handicap »
  • Apprivoiser, vous dîtes ? Sommes-nous en train de parler d'animaux ? Ou d'une bestialité hors norme ?
    Les personnes handicapées me seraient plus des gens normaux, devenues des êtres étranges qu'il faut apprivoiser ?
  • Le handicap, vous dîtes ? Mais lequel ?
    Le manque de bon sens des propos, par exemple ? Ou alors l'intérêt faible de l'opération, relayé par du journalisme papier-calque qui relate mot-à-mot sans rien développer ? Et pourtant, il y en a à dire des choses sur ce sujet…
Vraiment, on peut dire que s'il n'y avait eu l'appât du gain facile de fin d'année pour motiver cette "campagne express", ce serait à se demander pour quelle véritable cause travaillent certains.
L'initiative École 2010 qui prône un retour en arrière, une école des temps jadis et l'éducation des enfants handicapés en institution contre le contre-projet LEO qui a perdu toute saveur à force d'avoir été remanié et trahi pour faire plaisir aux uns et aux autres...

2x NON!

Nous ce qu'on veut, c'est juste l'application des lois sur l'intégration et l'égalité de chance, l'insertion du plus grand nombre d'enfants handicapés dans une scolarité normale!

Non à initiative surannée, Non à un contre-projet rafistolé!

Oui à une formation juste et équitable pour tous les enfants... Pétition Stop Handicapés Hors-Jeu

Au Japon, le cellulaire pourrait assister les enfants handicapés

Fin 2009, Softbank, un opérateur japonais de télécommunications, a lancé un vaste programme de recherches avec l'Université de Tokyo afin de faire du téléphone mobile un assistant pour les écoliers souffrant de déficiences mentales. (voir la présentation du projet - .pdf)

«Nous allons présenter plusieurs exemples concrets prouvant l'utilité d'applications qui permettent de soutenir des enfants victimes de handicaps, notamment ceux éprouvant des difficultés à communiquer, à s'exprimer, à lire et écrire ou encore à se repérer», a expliqué Softbank. «Nous voulons que l'implication de ces enfants dans la société soit plus forte en démontrant que le téléphone portable peut être efficace pour améliorer la qualité de leur vie et de leur scolarité», a ajouté le groupe, associé dans ces travaux à une équipe de recherche de l'université de Tokyo.

Softbank indique par exemple qu'un enfant qui a du mal à écrire à la main les kanji (idéogrammes japonais), mais qui sait les reconnaître, peut dès lors utiliser son téléphone portable pour saisir et enregistrer des notes en classe.

Un autre, qui éprouverait des difficultés d'expression orale, pourrait utiliser son téléphone portable pour présenter à ses interlocuteurs des images et photos porteuses de l'information qu'il veut transmettre.

«Nous allons étudier de nombreuses possibilités pour démontrer que le téléphone portable peut être un moyen pour les enfants de surmonter les obstacles qu'ils rencontrent dans la vie et à l'école», a assuré l'opérateur. (source: Cyberpresse)
Des mois après un échange de courriers, Madame Anne-Catherien Lyon, Cheffe du Département de la formation et de la jeunesse du Canton de Vaud, prend en considération la possibilité d'une intégration généralisée au canton des jeunes handicapés au sein de la scolarité normale. Est-ce parce qu'on est en Suisse que tout prend du temps à se concrétiser, même les évidences, ou est-ce là tout le charme de la politique que de faire durer?

Quoi qu'il en soit, on ne peut que se réjouir d'une telle perspective qui, en devant réalité, permettrait aux jeunes générations d'apprendre à se connaître et à se socialiser de façon plus précoce donc efficace. Après tout, n'est-ce pas grâce aux échanges de points de vue et à l'ouverture d'esprit que se développe l'intelligence humaine?

Chacun a ses faiblesses et ses forces: capacités physiques pour les uns et force mentale pour les autres, acuité sensorielle pour les uns et rapidité d'esprit pour les autres, courage, ténacité, dépassement de soi, vivacité d'esprit, curiosité, faculté de mémorisation... Faire rencontrer les handicapés et les valides dans une scolarité unique donnerait les meilleures chances pour la création d'une meilleure cohésion sociale, une effervescence novatrice et une sacré leçon de vie.... en savoir plus ou lire les dossiers ci-dessus
L'École Polythechnique Fédérale de Lausanne - EPFL a inauguré son nouveau Rolex Learning Center, un bâtiment exemplaire à plus d'un titre inscrit dans un programme plus vaste intitulé Campus 2010.

Certes le Learning Center est loin d'être sans défaut. Et dans le parc immobilier très "carré" et fonctionnel de l'École, la vague stylisée que constitue le dessin du nouveau bâtiment apporte autant de fraîcheur que de surprise. Tout d'abord parce que le bâtiment n'est pas entièrement accessible mais seulement en grande majorité, en particulier les principaux points d'intérêt. En particulier, la bibliothèque n'est pas accessible sans aide (hauteur des livres, largeurs de tous les couloirs).
Ensuite, de construction moderne, l'architecture générale du bâtiment donne lieu à des pentes parfois ardue, pouvant atteindre jusqu'à 22%. C'est pourquoi, 4 plateformes mobiles (indiquées en rouge sur ce plan) ont été installées. Leur usage n'est pas réservé mais une attention sera apportée pour en éviter les abus et laisser une priorité aux personnes handicapées.
Enfin, le sol est couvert de moquette. Si l'aspect est très agréable, cela peut rendre le déplacement en fauteuil manuel plus difficile (manque d'adhérence).

L'utilisation de fauteuils électriques ou de Swiss-Track est d'autant plus conseillée que le centre dispose de nombreux bornes pour les recharger si nécessaire. Pour les utilisateurs de fauteuils manuels, un accompagnement peut être parfois vivement recommandé.

Le centre offre également des plans tactiles et audio, des indications de guidage au sol dans sa partie centrale, un WC adapté en sous-sol (ascenseur), un accès extérieur sur sol goudronné, un accès wifi, un salle de spectacle et un café-restaurant ainsi qu'un bancomat Crédit-Suisse bien adapté.

L'Organisation romande pour l'intégration et la formation professionnelle - Orif de Pomy a ajouté une corde de plus à son arc en proposant aux personnes handicapées physiques un CFC de Laborantin en biologie. Celui-ci s'ajoute à ceux de Laborantin en chimie, d'Informaticien, de cuisinier ou d'Employé de commerce.

«Notre objectif est de mettre en adéquation avec le marché du travail les aptitudes physiques et les facultés intellectuelles de personnes atteintes dans leur santé. Pour cela, nous nous appuyons sur un réseau d'employeurs. Dans le domaine de la biologie, nous pouvons notamment compter sur les hôpitaux, l'Institut suisse de recherche sur le cancer (ISREC), Nestlé, Novartis et Merk Serono», précise Pascal Dubrit, directeur du centre Orif de Pomy. Il ajoute: «En 2007, nous avons donné un coup de main à la Haute École d'Ingénieurue (HEIG) d'Yverdon pour l'organisation de son marathon. Lors de discussions informelles, nous avons appris que la HEIG liquidait son laboratoire de biologie. Nous avons pensé que l'acquérir pouvait offrir des synergies avec notre section de chimie, active depuis vingt ans.»

L'Orif dispose en tout de 9 sites en Suisse Romande dont 5 dans le Canton de Vaud et offre 35 formations. Le centre de Pomy accueille 140 assurés au bénéfice d'une mesure d'ordre professionnel de l'Assurance-Invalidité (A.I.)
(source: 24Heures, vendredi 21 mai 2010)
On peut lire en page 11 du journal 24Heures du 24-25 avril 2010, on peut lire ces propos ahurissants: «Rien n'oblige les écoles à s'équiper pour les handicapés».

Parce ce que «peu d'enfants handicapés sont susceptibles de fréquenter le collège» la commission des finances de Villeneuve a recommandé de refuser l'installation d'un ascenseur dans l'ancien collège de la ville, donnant par là-même accès à un élève en fauteuil roulant qui en a fait la demande. Décision que ne fustige d'ailleurs nullement l'AVACAH, pourtant Association vaudoise pour la construction adaptée aux personnes handicapées. Dans ce tableau d'inepties, on tente de nous convaincre encore de l'absence d'obligation d'intégrer des accès dans un bâtiment scolaire existant puisque «la loi fédérale sur l'élimination des inégalités frappant les personnes handicapées stipule que les collectivités doivent tenir compte des dernières normes uniquement lorsque des bâtiments subissent des réfections majeures ou que ce sont de nouvelles constructions».

Pourtant devant ces propos qu'on pourrait croire sorti d'un café-bar, se cachent des réalités tout autres:
  1. À la première remarque, on pourrait répondre: Comparativement, peu d'enfants étrangers, musulmans ou bouddhistes, sont également susceptibles d'intégrer un collège de quartier. Doit-on supprimer tout programme destiné aux étrangers? De même, la fraction d'élèves homosexuels ou celle d'élèves de parents paysans est minime comparée à celle des enfants de la ville, hétérosexuel, propres sur eux et de bonne famille.
    Mais au fond, sommes-nous vraiment en train de parler d'école publique, s'adressant donc à tout public, une école laïque et libre de tout préjugé d'ordre social, physique, moral ou religieux?
  2. À la seconde, on peut se demander pourquoi l'AVACAH, association qui prétend vouloir défendre la cause des personnes handicapées, baisse aussi vite les armes et s'avoue vaincu sans chercher à défendre la cause? Finalement, à quoi sert-elle? Faire perdre du temps et dépenser l'argent de la collectivité?
    Ne ferait-on pas mieux que de s'économiser les frais d'une telle association qui valide un métro M2 partiellement adapté et laisse faire des logements parfois totalement inadaptés?
  3. Enfin à la dernière, on peut répondre que s'il est vrai que la loi LHand et l'ordonnance OHand restent malheureusement très permissives quant aux aménagements des vieux bâtiments, il faut aussi rappeler qu'elles ont pris effet en 1992-93 déjà! Cela revient à dire qu'en 2010, cela fait 8 ans qu'elles sont entrées en fonction! C'est-à-dire huit ans que les aménagements pour les personnes handicapées doivent être entrepris lors de rénovations... Or un bâtiment public et qui plus est un bâtiment scolaire est entretenu en profondeur de façon très régulière. Sachant qu'un logement est remis à neuf tous les dix ans et compte tenu des turbulences scolaires (passages incessants, détériorations et usures rapides... mais aussi protection de la jeunesse), on peut estimer que ce délai devrait être abaissé à cinq ans environ!
    Partant de là, pourquoi donc les aménagements n'ont pas été faits lorsqu'ils auraient dû l'être?
    De plus, dans le cas de bâtiments publics, outre le critère lié à la construction - rénovation, il y a celui de la discrimination. Et ne pas offrir la possibilité à un élève handicapé physique de suivre une scolarité à laquelle il aurait droit comme tout autre enfant valide de son âge, constitue une discrimination évidente qui, elle, est de toute façon sanctionnée par la LHand-OHand.
En conclusion, on ne peut que regretter que dans ce tissu de propos fallacieux publiés sur papier journal, ni l'auteur du texte qui s'est contentée de relayer les propos sans faire de contre-enquête journaliste préalable, ni davantage les personnes intervenantes citées n'aient eu un comportement marqué d'humanité et d'ouverture d'esprit, à l'aube du XXIème siècle.
Une fois de plus, le handicap a droit à un traitement de forme plutôt que de fond : Jusqu'à quand faudra-t-il encore attendre pour voir un changement dans les mentalités ?
Lausanne et son centre historique vont accueillir du 10 au 16 juillet 2011 la 14ème compétition mondiale de gymnastique scolaire, Gymnaestrada
L'Université de Lausanne- UNIL a mis en place un dispositif d'écoute à destination des étudiants malentendants. Trois émetteurs-récepteurs numériques dans de petits boîtiers noirs à placer autour du cou permettent de renforcer les systèmes magnétiques déjà présents mais dans deux amphithéâtres uniquement.
(24Heures, 11.03.10)
L'EPFL a annoncé la création d'un grand centre mondial en neuroprothèses avec l'aide des Fondations Bertarelli et Defitech. Composé de cinq nouvelles chaires, cette structure devrait permettre à des enfants atteints de surdité de communiquer et d'imaginer de nouveaux systèmes pour redonner une forme de mobilité à des personnes handicapées.
(20minutes, 12.11.09)
Documents (.pdf) de l'Association suisse des paraplégiques - SPV
Devant l'étonnement de ne trouver sur notre chemin que des établissements secondaires vaudois inaccessibles et puisque la seule réponse du 19 août 2009 était: «une scolarité normale est dispensée aux jeunes handicapés, ceci dans toutes les formations gymnasiales et professionnelles du canton. Il n'y a donc aucune discrimination envers ces jeunes» ou encore «aucune information quant aux handicaps des élèves n'est établie, le contraire serait discriminatoire» - pour mémoire, chaque élève doit remplir une fiche personnelle complète et détaillée à son inscription. De plus, un recensement régulier du pourcentage filles/garçons dans les écoles existe sans que personne ne crie à la discrimination pour autant -, nous avons entamé la visite de tous les établissements éductifs du Canton de Vaud, dans un premier temps, suivis progressivement par ceux des autres Cantons suisses. Il en ressort les faits suivants:
  1. Gymnase de la Cité : Totalement inaccessible dans ces multiples bâtiments pour qui a des problèmes de mobilité ou de force musculaire (portes lourdes, marches hautes et nombreuses) et aucun WC adapté. Une seule place de parc réservée mais limitée à 2h de stationnement. Salle de sport inaccessible.
  2. Gymnase de Beauieu : Largement inaccessible pour une personne à mobilité réduite. Un seul bâtiment est difficilement certes mais accessible (portes lourdes, marches, ascenseur) et dispose de WC adaptés mais non réservés encombrés car servant également de dépôts. Salle de sport inaccessible.
  3. École Primaire de Saint-Roch : Totalement inaccessible et aucun WC adapté.
  4. Gymnase de Burier : Aucune réponse à nos demandes !
  5. Gymnase de Chamblande : Largement inaccessible. Seul un bâtiment sur trois disposerait d'un accès difficile mais réalisable en passant par le bord du Lac et un chemin de pavés chaotique. Dans deux bâtiments sur trois, les ascenseurs intérieurs ont été rénovés et offrent une dimension convenable bien que trés limitée. Aucun WC adapté. Aucune place de parc réservée.
  6. Gymnase du Bugnon : 
  7. Collège de Béthusy : 
  8. Collège de l'Élysée : Totalement inaccessible. Pas de place de parc réservée. Aucun WC pour handicapés.
  9. École primaire de Prélaz: Totalement inaccessible. Pas de place de parc réservée. Aucun WC adapté.
  10. École primaire de Druey : Totalement inaccessible. Pas de place de parc réservée. Aucun WC adapté.
  11. Collège de la Colline - École Sociale de Musique: Totalement inaccessible. Pas de place de parc réservée. Aucun WC adapté.
Il est clairement inutile de poursuivre notre petite enquête - tour d'horizon des réalités d'accessibilité et d'adaptations de l'enseignement officiel. Malheureusement, allant à l'encontre de ce qui nous avait été annoncé, on peut constater que dans le Canton de Vaud, rare sont les établissements publics accessibles en 2010, soit 8 ans après la mise en place des lois fédérales contre la discriminations. On est bien loin d'une politique d'intégration des personnes handicapées dans une scolarité normale.
Exemples / Contre-exemples... Au delà des frontières...

Gymnase Auguste Piccard n'a d'auguste que le nom !

Établissement éducatif censé être d'avant-garde et le fleuron des centres éducatifs ne serait finalement que l'image d'une institution inadaptée à son époque, dépassée ?
  • Certes, il y a des rampes et les couloirs larges ou la construction de plain pied permet une certaine mobilité. Mais que dire de l'absence de toute indication en braille ?
    Certes, on y trouve des WC adaptés pour garçons et filles, mais que dire du fait qu'on n'en trouve que dans un seul bâtiment et même alors que sur le rez-de-chaussée quand les valides en ont un par étage ? Et que dire du faite que ces WC "adaptés" sont si mal conçus que leur utilisation par une personne handicapée peut poser problème :
    Les portes sont lourdes, ouvrant à contre-sens et non automatisées… Leur largeur et la largeur des couloirs plutôt minimalistes, surtout en cas de présence d'usagers multiples. WC ridiculement adapté au Gymnase Auguste Piccard
    Les WC ne sont pas sécurisés, ce qui ne garantit pas l'hygiène nécessaire voire primordiale pour certains types de handicap.
    L'architecture ridicule des lieux fait qu'on y trouve facilement des coudes ou des goulots d'étranglement où comble de l'absurde, lorsqu'il y a deux lavabos, celui, surbaissé, est obstré par la présence d'une poubelle, rendant son usage impossible !
  • On n'y trouve aucune place de parc réservée pour personne handicapée.
    Peut-être pourrait-on s'en passer, vu que ce n'est pas l'espace qui manque… sauf peut-être justement aux heures de pointe, lorsque tous les autres parents viennent déposer ou rechercher leurs enfants et que les lieux sont pris d'assaut, quand justement il y en aurait le plus besoin !
    Et même si on trouve une moyen de parquer, comment faite quand le seul accès pour sortir du parking est en pente raide de 12% et plus !
    WC ridiculement adapté au Gymnase Auguste Piccard
  • La salle de sport ne dispose ni de WC adapté ni d'aucun autre installation d'assistance. Pire, sa double porte lourde et ouvrant à contre-sens en rend l'accès plus que conditionnel.
  • Aux dires mêmes d'employés et professeurs, les n'ont jamais vu d'élève handicapé mais, bien que rien ne soit vraiment prévu pour eux, on pourrait assez facilement les y adapter.
  • On y trouve un ascenseur dont la clé n'est disponible qu'au secrétariat et sera mise à disposition d'un élève handicapé en cas de besoin.
    Petit bémol là encore, on n'y trouve aucune indication braille et l'espace intérieur réduit laisserait difficilement passer un fauteuil électrique, par exemple.
Est-ce donc cela qu'on voudrait nous présenter comme étant accessible ou adapté ?
Est-ce donc une ignorance crasse ou un désintérêt complet, ou un peu des deux, qui nous fait en arriver là ?
Dans un article du journal 24Heures, paru le lundi 02.05.2011, Jacques Daniélou, président de la Société pédagogique vaudoise - SPV, rejette toute idée d'accueil des enfants différents ou handicapés dans les classes ordinaires et "refuse d'entrer en matière sur l'avant-projet de loi sur la pédagogie spécialisée". Rappelons que cet avant-projet se propose juste d'intégrer plus d'élèves différents dans les classes régulières et non pas l'ensemble des enfants handicapés, dans un enseignement dit obligatoire - donc pour tous -, public et général, c'est-à-dire un enseignement payé par les impôts auxquels participent également des familles d'enfants handicapés et qui ambitionne de donner à toutes et à tous une chance de réussir et de trouver sa place dans la société. Pourquoi ?

On peut lire d'entrée un amalgame lourd de sens dans la tentative d'explication donnée : «Nous ne sommes absolument pas contre l'accueil du maximum d'enfants handicapés dans les classes régulières. Mais comment ? (…) On nous propose des formations rapides, mais ce n'est pas comme ça que cela doit se passer. (…) Aujourd'hui, on dit à un enseignant qu'on va lui mettre un élève dyspraxique dans sa classe. Il va sur Google et tape 'dyspraxie' pour apprendre qu'il s'agit de troubles neuronaux. Ensuite, il consacre du temps à cet enfant, ce qui réduit son temps pour les autres (...)»

L'exemple est éloquent car la dyspraxie est en fait d'une difficulté motrice liée à un trouble de la représentation corporelle et de l'organisation spatiale. C'est donc pas un handicap intellectuel à proprement parler mais "une altération de la capacité à exécuter de manière automatique des mouvements déterminés, en l'absence de toute paralysie ou parésie des muscles impliqués dans le mouvement".
Par ailleurs, c'est également un handicap très rarissime, touchant à peine 6% des enfants et bien loin derrière d'autres handicaps tels que les troubles de motricité ou d'audition. C'est dire que la grande majorité des enfants handicapés n'ont aucun problème pour suivre des cours "ordinaires" quand ils ne sont pas simplement meilleurs mais ce qui les discrimine, c'est juste des problèmes d'accessibilité et d'adaptation.

Selon cette théorie vaudoise et dans le cas assez romancé de ce "pauvre enseignant pris dans le dilemme entre l'attention apportée à un enfant différent et son devoir vis-à-vis du reste de la classe", je me demande quel cas de figure lui serait le plus difficile : un enfant handicapé sage comme une image et assidu ou un enfant valide turbulent, bruyant et provocateur ?
Comment comprendre alors que le second enfant soit couramment admis en classe et pas le premier ?

Après tout, le rôle de l'enseignement n'est-il pas justement d'éduquer les jeunes, de leur ouvrir l'esprit et de les préparer à affronter le monde sociale ? Mais la société est faite de personnes riches, de pauvres, de valides et de plus handicapées. Alors, ne faut-il pas aussi préparer les élèves à cela ? N'apprend-on pas de sa propre confrontation à la différence ?
Comment assurer la cohésion sociale et la marche en avant de la société hétérogène de demain si on ne commence pas à ensemble aujourd'hui ?

Il faut dire que dans le journal Le Matin du 1er février 2011, Jacques Daniélou, président de la SPV, avait également été brusqué de voir un père de famille ouvrir une plainte pénale contre un enseignant du Collège des Bergières pour motif de mobbing - harcèlement à l'encontre son fils et élève de 15 ans. Faut-il alors s'étonner qu'on en arrive à ses extrêmes si, sur la base de ce qui précède, on imagine le manque d'ouverture d'esprit ou de lucidité dont semble souffrir le corps enseignant ?

C'est pourquoi et compte tenu de la superficialité de l'article de presse, un courrier a été adressé à la SPV et à son président, M. Jacques Daniélou, à laquelle il a été très aimablement répondu. voici la teneur du courrier et de sa réponse. Affaire à suivre...

Dans les grandes lignes, voici donc les points relevés :

  • Il en va des types de handicap comme des thèmes d’examen. On peut souffrir de moult choses différentes et qui n’ont pas toutes les mêmes conséquences. Malheureusement, dans l’article du journal 24H, un amalgame semble avoir été fait en parlant du cas bien spécifique et heureusement rare d’un enfant dyspraxique. Que penser alors des enfants très sains d’esprit mais à qui il manque un bras, un peu de motricité ou un peu d’audition ? Ceux-ci n’ont nullement besoin d’attention supplémentaire, tout juste d’accessibilité et de quelques adaptations, par exemple pour le sport ou les travaux pratiques.
  • Certains pays comme la Hollande mais aussi la France ou même des régions de Suisse Romande ou de Suisse Alémanique, accueille aisément voire systématiquement tous les enfants handicapés au sein de leurs classes. Que manque-t-il ici pour faire le même pas : Une formation préalable des enseignants ? Des journées préalables de sensibilisation au sein des écoles ? Des investissements financiers adéquats pour, par exemple, l’engagement de plus de personnel et de matériel ? Le recours à des assistants scolaires pour chaque enfant handicapé, comme cela se fait en France par exemple ?
  • Les enfants n’ont pas tous les mêmes facilités ni pour les mêmes domaines. Pensez-vous qu’un enfant handicapé mental léger serait un plus lourd « fardeau » pour l’enseignement général qu’un autre, en bonne santé physique, d’origine rurale, ayant des difficultés de mémorisation ou très turbulent ?
  • L’enseignement vaudois est-il prêt au changement ou a-t-il déjà atteint son état final d’évolution possible ?
  • L’école prépare les enfants ou jeunes adultes au monde. Elle a vocation à les aider à intégrer la société et à s’instruire. Mais la société est pluriculturelle. Elle est aussi multiforme et comprend des gens valides comme des handicapés. N’est-ce pas alors aussi le rôle de l’école d’enseigner la cohabitation et de donner l’exemple de ce qui est possible de faire dans l’intérêt de tous ?
  • L’enfant ne s’enrichit-il pas humainement, émotionnellement et intellectuellement de sa propre confrontation à la différence ? Est-ce vraiment une plus-value de l’enseignement que d’uniformiser des élèves et de les ranger selon leurs capacités supposées, leur origine, leurs aptitudes physiques ou mentales ?
  • L’ouverture à la différence et la mise à disposition des bienfaits de l’enseignement pour tous sont-ils inéluctables ? Pourquoi alors faire demain ce qu'on peut peut-être déjà faire aujourd'hui ?
«Le Comité cantonal de la SPV a pris connaissance de votre important courriel. Dans la livraison du périodique L'Éducateur de fin mai 2011, paraîtront  les réponses circonstanciées  aux pertinentes questions que vous  posez.»

Voilà chose bien étrange que de lire M. Daniélou parler de "courage", lui qui prône le minimum d'évolution pour tous, le "trouillomètre" au plancher et qui, pour seule réponse à nos interrogations, se cache derrière les propos de quelques collègues fribourgeois. Elle était belle la pédagogie mais si triste aussi de voir ce qu'il en reste.
Voilà donc ce qu'on peut lire à la page 59 du journal l'Éducateur de mai 2011: "L'intégration à tout prix? À quel prix?" de B. Steinauer, présidente des directeurs d'institutions spécialisées. Ce n'est tout compte fait qu'une simple et juste réflexion sur les mesures d'encadrement prévues au delà de la simple intégration scolaire. Car l'enseignemement à lui seul ne suffit pas à assurer l'intégration professionnelle et sociale des personnes handicapées! L'enseignement n'est que la première étape nécessaire!

Avec le franc parler qu'on lui connaissait, Michel Colucci dit Coluche (28.10.1944 - 19.06.1986) riait du dificile exercice de parler de ce qu'on connait si peu qu'on n'en a même pas le moindre échantillon sur soi. Son sketch n'aurait visiblement pas pu être mieux illustré que par M. Daniélou parlant de courage et à qui, en la circonstance, on peut aller jusqu'à reconnaître quelques talents pédagodiques.

Que peut-on espérer d'un enseignement obligatoire vaudois quand la première chose qu'on voit apprend, c'est visiblement de se défiler devant ses obligations?

«Le système scolaire suisse est le plus ségrégationniste de toute l’Europe» que

Selon Yves Rossier, directeur de l’OFAS - Office Fédéral des Assurances Sociales (source: Tribune de Genève, 16.12.2010)

"À l’intérieur de la Suisse, le nombre d’enfants écartés des classes ordinaires varie du simple au quintuple dans les cantons. Au Tessin, c’est 2% et à Bâle-Campagne, c’est près de 10%. Ne me dites pas que Bâle-Campagne a 5 fois plus de handicapés que le Tessin. C’est la politique êême enfant souffrant du même trouble sera scolarisé en Valais et mis en institution dans le canton de Soleure.

Les enfants qui ont passé leur scolarité en institution arrivent décalés dans la vie professionnelle. Ils ne connaissent pas les codes. On demande aux entreprises d’intégrer des gens qui ont des problèmes. Or, l’école ne subit pas les mêmes pressions que l’économie. Elle n’a pas d’actionnaires. Elle n’a pas de concurrence. Elle n’est pas soumise à la tempête de la mondialisation. On ne peut pas dire aux entreprises: «L’école n’est pas arrivée à intégrer ces enfants, mais nous vous demandons de le faire, dans le monde professionnel.» On n’est pas crédible. Les jeunes adultes qui sortent d’institutions ont beaucoup plus de peine à entrer dans le monde du travail et risquent bien plus de se retrouver à l’AI.

Il n’y a pas de corrélation entre le taux de ségrégation et la qualité de l’enseignement. Personne ne prétend que l’école valaisanne, qui est intégrative, est cinq fois moins bonne que la bâloise ou trois fois moins bonne que la vaudoise. L’école a une mission de préparation à la liberté et à la vie pour tous, mais les pays où l’école intègre beaucoup de handicapés, comme la Finlande, n’ont pas un système scolaire moins performant que les cantons qui intègrent peu.

Un ghetto, même luxueux, reste un ghetto. (...) La séparation est la voie de la facilité : pour le maître et les parents d’élèves – car les éléments perturbateurs sont exclus, pour les institutions, voire pour les parents d’enfants handicapés, que l’institution spécialisée rassure. Mais fondamentalement, ce n’est pas bon pour les enfants, handicapés ou non. Ce sont eux qui comptent et personne d’autre."
Les discriminations liées au handicap et à la santé - Étude statistique française de l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) - juillet 2010
Reportage Canal Alpha du 22.11.2006 à Neuchâtel
Jusqu'à quand devra-t-on être témoin de discriminations et de manque de respect à l'encontre des personnes handicapées ?
Les WC handicapés sont-ils vraiment des lieux de passage et de stockage? Les WC handicapés sont-ils vraiment des lieux de passage et de stockage?
Quel respect si les WC handicapés sont aussi utilisés pour stocker des outils ? Quel respect si les WC handicapés deviennent des halls de gare, accessibles à tous ?
... Par dessus les barriÈres et les frontiÈres
Un père fait la grève de la faim aux marches du conseil général, sur la place Aristide-Briand à Poitiers (France), pour que Camille, sa fille âgée de 14 ans, intègre une Unité localisée d’inclusion scolaire (ULIS) de l'école France-Bloch. Car Philippe Cantet et sa compagne Frédérique Meunier, domiciliés dans une commune du Châtelleraudais (Vienne), mènent depuis deux ans un combat contre l’administration pour faire scolariser leur fille atteinte du syndrome de la délétion 22q13. Cette jeune fille souffre de troubles sévères du langage et s'exprime grâce à la langue des signes bien qu'elle puisse entendre. (voir le site personnel)

Mais leur dossier est retoqué par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) qui leur propose une place dans un institut médico-éducatif (IME), soit mettre la jeune fille en institution spécialisée plutôt que de lui permettre de joindre une classe normale au milieu des autres enfants.

Philippe Cantet a été reçu à l 'Inspection académique, le lundi 21.05.2012 à 14H30. En vain...  « Je n'ai reçu aucune garantie et je vais poursuivre ce combat », explique-t-il.
(en savoir plus... La nouvelle République, La Nouvelle République suites, La Nouvelles République encore, Charente Libre, ma Ville Poitiers)
ASH - Adaptation Scolaire et Scolarisation des élèves Handicapés - France
Vivre le handicap pour en changer le regard : les enfants au coeur de la sensibilisation
Témoignage de Madame Patricia Derulles:«Enseignante en CM1 à l'Ecole Jean Moulin de Champigneulles, dans la banlieue de Nancy, je voudrais vous faire partager l'expérience et le travail de sensibilisation au handicap et plus précisément au handicap visuel qui ont été menés dans ma classe, dans le cadre d'une éducation à la citoyenneté, deux années d'affilée par Monsieur Roger Di Mattéo, non-voyant et vous exprimer mon souhait de les voir reconduits dans de nombreuses écoles tant ils sont porteurs d'espoir et riches en enseignements.
Pourquoi tant de fuite, pourquoi tant de rejet, pourquoi tant de gêne face aux personnes différentes ?

Ce sont ces questions qui m'ont poussée à vouloir faire découvrir la réalité du handicap à mes élèves.

Pour changer les comportements et faire évoluer les mentalités, la sensibilisation se doit de toucher les plus jeunes car leur éducation d'aujourd'hui fera leur comportement citoyen de demain.
L'apprentissage de la citoyenneté passe immanquablement par le respect et la compréhension de l'autre au travers de sa personnalité et de sa diversité.(...)

L'école de la République doit permettre aux enfants de se rendre compte que chacun est différent. Si les différences ethniques et culturelles sont bien présentes et reconnues dans les cours de récréation, le handicap, lui, est bien trop souvent ignoré, l'accueil des enfants en situation de handicap étant encore un fait d'exception.

Passer du regard de celui qui ignore au regard de celui qui comprend.(...)
Une éducation à la citoyenneté
(...) » Lire le témoignage au complet sur Petit Musée du Braille
Après 15 ans de bataille, Dany Gombert, ancienne dentiste touchée par une rétinite pigmentaire, ouvre «Epicure, la Grande école de la vue», un lycée hôtelier de Haute-Garonne unique en France puisqu'il est entièrement gratuit mais assure néanmoins un emploi en fin de scolarité. Encore un petit détail : il n'est destiné à former que des jeunes cuisiniers déficients visuels... en savoir plus
La Fage (Fédération des Associations Générales Etudiantes) va mener à échelle nationale une réflexion autour du handicap dans l’enseignement supérieur. Elle sera lancée dans toute la France, via le réseau associatif de la Fage.... en savoir plus
De quoi t'es cap... face au hanidcap? - Handi'versité École supérieure de commerce - Reims Management School

Association Handi'versité

Cette association interne a pour objectif de sensibiliser les étudiants au handicap mais aussi de créer des liens entre les entreprises et les personnes handicapées.
ActionLabel Handimanager
«Notre association est née en début d'année universitaire: septembre 2009. Notre objectif est de sensibiliser les étudiants de notre école. Notre école forme des futurs managers et cadres d'entreprises. Bon nombre d'entreprises françaises ne sont pas en règle au regard de la loi au sujet du handicap. Il nous est donc apparu primordial de familiariser les étudiants, dès l'école, aux problématiques du handicap (mise en situations, prise de conscience sur les discriminations à l'embauche, rapprochement avec des personnes handicapées...)

Jusqu'à présent, nous avons organisé un tournoi FIFA. Des personnes handicapées sont venues pour jouer aux jeux vidéos avec des étudiants de l'école, afin de démystifier la vision souvent péjorative que les étudiants ont de la personne handicapée. La deuxième phase consiste à mettre les étudiants en situation. Pour cela, nous allons organiser cette semaine un défilé, où des personnes handicapées porterons des vêtements adaptés à leur handicap mais égalment où des étudiants porteront ces vêtements. Ce sont des vêtements avec des fermetures, pressions, placées à des endroits stratégiques, afin de rendre plus autonomes les personnes handicapées dans leur quotidien. Ces vêtements peuvent être portés aussi bien par des valides que par des invalides. Nous allons également faire une sorte de parcours en chaise roulante, pour que les étudiants "se mette à la place de". Au cours du mois d'avril, nous allons également organiser des cours de braille et des cours de langages des signes.

Enfin, l'évènement qui cloturera cette année: un tournoi handisport entre l'équipe de football de note école contre une équipe de personnes handicapées. Pour le moment, nos actions se limitent à la sphère de l'école car il y a beaucoup à faire dans la lutte des préjugés. De plus nous avons une association à petit budget. Les membres de notre équipe ont déjà fait des inventaires pour avoir de l'argent. Mais maintenant nous démarchons auprès des entreprises pour avoir des goodies, des aides financières ou humaines.
L'association était formée de 4 personnes au départ puis le groupe est devenu de plus en plus important. Maintenant nous sommes 14.»
Témoignages d'une élève et de Mme C. Articlaut, Responsable Accueil & Référent Handicap
1. «Je me suis engagée dans cette association parce que je me suis très tôt familiarisée avec le monde du handicap. J'ai vécu aux Pays Bas lorsque j'étais jeune. Dans mon école, les valides et invalides vivaient ensemble sans difficultés aussi bien du côté des élèves que du côté des enseignants.

Lorsque je suis rentrée en France, j'ai cherché à retrouvé des personnes comme mes amis handicapés mais je n'en ai pas trouvé. J'ai été mise dans une classe où tout le monde marchait ou personne n'était autiste (ou n'avait de handicap mental) dans l'école. Et j'ai pas vraiment compris.

En grandissant, j'ai bien sûr compris que la France est un pays malheureusement bien en retard! Et que le handicap fait peur et est un sujet tabou. Ensuite, j'ai eu une opportunité géniale: partir à Lourdes pendant une semaine pour m'occuper des enfants handicapés. C'était un voyage scolaire obligatoire. Et j'ai trouvé ça super! Pour une fois, dans nos petites vies d'ados routinières, on nous apprenait à penser pas uniquement à nous mais juste à donner sans rien attendre en retour.

Je n'explique pas vraiment mon engagement de façon rationelle, puisque effectivement je n'ai pas de handicap et mon entourage proche non plus. Mais c'est sûrement une question d'éducation, le fait d'avoir baigné dedans petite, le fait que mes parents m'aient très tôt expliqué ce que signifiait le handicap et comment il fallait agir ou non en fonction des personnes handicapées. Je me rends compte que je suis aussi bien à l'aise entourée de personnes handicapées que des personnes dites (à tord) "normales"»

2. «Référent Handicap à Reims Management School (groupe RMS), l’école supérieure de commerce de Reims, je travaille auprès des étudiants sur 2 missions :
  1. Aider les étudiants, qui en situation de handicap, auraient besoin de trouver une compensation pour suivre correctement leur scolarité
  2. Sensibiliser tous les étudiants – en tant que futur manager en entreprise – à l’insertion professionnelle des personnes handicapées
En parallèle, j’organise des actions dans l’établissement : en novembre 2009 nous avons accueilli une exposition d’œuvres réalisées dans des instituts spécialisés de la région. Le vernissage a réuni 150 personnes – étudiants, professeurs, jeunes handicapés auteurs des réalisations, …

Je travaille dans cette école depuis 10 ans et suis référent handicap depuis 3 ans. C’est une nouvelle mission qui a été créée pour répondre aux demandes de la Conférence des Grandes Ecoles dont nous faisons partie.

Ma première action a été de motiver des étudiants à créer une association spécifique à la thématique du handicap. Ainsi Handiversité a vu le jour fin 2007. Le nombre de membres de cette association accroît chaque année. Les raisons de leur choix sont diverses : connaissance d’une personne handicapée, interrogation sur la loi et son implication, l’envie de bousculer des préjugés ou simplement de s’ouvrir.

À côté de cela, nous avons des associations à but humanitaire comme PEACH, qui organise les collectes de sang, la récupération des bouchons plastiques ou bouchons de liège, …

Depuis que je travaille à RMS, j’ai souvenir d’avoir rencontré 7 étudiants, reconnus handicapés avec une mobilité réduite – dont 3 en fauteuils.

Actuellement, j’évalue à une quinzaine de personnes, les étudiants concernés par un handicap. Les handicaps sont divers : sensoriels, cognitifs, psychiques ou les conséquences d’une maladie grave. La grande difficulté face à de jeunes gens (entre 18 et 22 ans pour la plupart) est d’oser en parler, sans se sentir stigmatisé ou catalogué. Ils sont à une période de leur vie où ils ont plutôt envie de se fondre dans la masse. Souvent, ce n’est que face à une grosse difficulté qu’ils se manifestent.

En France, la loi du 11 février 2005 fait bouger les choses : hélas c’est par la contrainte et en imposant des taxes. Mais les effets positifs se feront sentir ultérieurement, je reste positive.

Cette loi agit sur plusieurs domaines : l’accessibilité, l’obligation d’emploi, la définition des compensations, …

À Reims Management School, les bâtiments ont été remis à neuf en 2003 et 2004. Un effort d’anticipation sur l’accessibilité PMR (personne à mobilité réduite) a vraiment été consenti. Une personne à mobilité réduite peut accéder à tous les étages, services... Chaque escalier est doublé d’un ascenseur. Chaque groupe de toilettes homme ou femme comprend un toilette handicapé (spacieux, avec des barres de soutien…).

Un travail est en cours concernant l’accessibilité à l’information face aux handicaps sensoriels (équiper les amphis de boucle magnétique T, doubler les interphones de visiophones, mettre des bornes parlantes à côté des écrans d’information…)

En outre, nos services concours et examens appliquent depuis longtemps la compensation sur présentation d’un avis médical. Cela peut être un 1/3 temps accordé, l’isolement dans une salle d’examen à part, le besoin d’une secrétaire pour écrire…»

Malheureusement, il semblerait que ce programme, apparu en 2007, se justifie plus par les contraintes législatives que par un réel intérêt pour les élèves handicapés et leurs intégration. Ainsi toutes les personnes handicapées participant au défilé sont extérieures à l'établissement.

De plus, de nombreux élèves m'ont avoué ne participer à ce programme que parce qu'il peut octroyer des points bonus sur la note finale et sans véritablement d'intérêt pour le handicap ni les personnes handicapés.
Cellule d'accueil et d'accompagnement des étudiants et des personnels en situation de handicap - Université Montpellier 1
Malheureusement, il n'a été donné aucune réponse quant au degré d'engagement de cette université en faveur des étudiants handicapés.

The Netherlands' Style - Plus fort, plus loin... simplement parfait!

«Aux Pays-Bas, il existe un règlement pour l'égalité de traitement de tous, y compris les personnes handicapées ou souffrant de maladies chroniques, et cela prévaut également pour l'éducation publique. Cela signifie que des élèves ou étudiants handicapés doivent pouvoir suivre n'importe quelle école, qu'elle soit de niveau primaire ou supérieur ou tout ce qui peut se trouver entre deux. Sur la base de ce principe, tout le monde doit pouvoir accéder à l'école de son choix, sans restriction. Pour plus d'information, merci de vous reporter sur la page officielle.» (librement traduit d'une correspondance avec les Organes officiels néerlandais via la page d'information officielle)

Association canadienne de normalisation

Les salles de réunion et les installations de formation doivent offrir suffisamment d'espace pour accommoder un fauteuil roulant (au moins 850 x 1 200 mm).
Les zones occupées par les fauteuils roulants dans les salles de réunion, les salles de conférence et les installations de formation doivent permettre aux personnes en fauteuil roulant d'avoir également une bonne vue.
En cas d'urgence, les personnes en fauteuil roulant doivent être en mesure de sortir des salles de réunion et des installations de formation. Les zones réservées aux personnes en fauteuil roulant devraient être attenantes au chemin d'accès et adjacentes aux moyens d'évacuation dans le cas de situation d'urgence.
source officielle canadienne

Pourquoi est-il important d’intégrer les enfants handicapés dans le système scolaire ordinaire ?

Au-delà des bienfaits pour l'enfant, je défends avant tout le droit à l'école pour tous. Les enfants handicapés sont des enfants, avant d'être des “handicapés”. Et dans notre pays, un enfant va à l'école, par définition, par droit. Mais les situations de handicap sont très variées et tous les enfants ne peuvent pas être scolarisés de la même manière.
La scolarisation est un droit, à condition que le projet de l'enfant et des parents soit bien évalué et construit par une équipe pluridisciplinaire (médecins, enseignants, psychologues…) de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). L'enfant doit être scolarisé dès l'école maternelle, cette étape est indispensable : si elle est ratée, c'est toute la poursuite de la scolarité qui est compromise. (source)

Dans la classe, comment un enfant handicapé est-il accueilli ?

Les enfants se rendent compte de la différence. C'est pourquoi il faut qu'ils sachent qui est leur nouveau camarade et pourquoi il est différent. l'idéal est d'en parler avec des mots tout simples. Ensuite, les autres enfants ne verront plus la différence. Ils comprendront que même si les jambes de leur copain ne fonctionnent pas bien, ça ne l'empêchera pas de jouer. S'il est trisomique et qu'il ne parle pas très bien, il faut leur expliquer pourquoi.

Cela fait-il réfléchir les enfants sur la différence ?

Oui, sur ce qui est pareil et sur ce qui n'est pas tout à fait pareil. On peut leur expliquer que leur camarade ne sait pas très bien faire telle ou telle chose, alors qu'eux y arrivent très bien, mais qu'en même temps, il aime jouer aux petites voitures comme eux et il aime chanter des chansons, comme eux. C'est à cette seule condition que la différence devient la réalité et que les enfants cessent de s'en étonner.

Qu’apporte la présence d’enfants handicapés aux autres enfants de la classe ?

La présence d'enfants en situation de handicap dans une classe, c'est de l'éducation civique grandeur nature. Les enfants expérimentent le “vivre ensemble”. Ils apprennent la vie en société, la vie en commun avec des gens différents.
Une fois devenus adultes, lorsqu'ils seront chefs d'entreprises, voisins, collègues de bureau… ils se souviendront de l'élève handicapé qu'ils ont connu en classe.

L’enseignant doit-il modifier sa manière de travailler ?

Oui, mais à ce jour aucune formation ne prépare l'enseignant à accueillir un élève handicapé dans sa classe. Il doit donc développer des trésors d'imagination pédagogique en termes de méthode, d'explication, de reformulation et d'adaptation des consignes. Ces innovations profitent aussi aux enfants en difficulté scolaire.
L'enseignant peut ainsi faire face plus efficacement à l'hétérogénéité des élèves et aux différences de rythmes. Et travailler de manière adaptée sert également aux meilleurs, grâce à une pédagogie plus différenciée. (source)

L’accueil des enfants présentant un handicap

Entretien de Daniel Calin avec Delphine Sée, initialement publié dans le numéro 1084 de la revue Éducation Enfantine (éditée par Nathan), paru en Novembre 2006.
FÉdÉrations & Associations
FSEP - Fédération Suisse des Écoles Privées
 
 
AVDEP - Association Vaudoise des Ecoles Privées
 
 
GEC - Groupement des Ecoles de Commerce
 
 
AGEP - Association genevoise des écoles privées
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
>> Écoles normales << Écoles spécialisées
Logements pour étudiants Activités annexes
Écoles normales
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
  Ville : Détails :
Aarau  
   
Bâle  
   
Bellinzone  
   
Berne  
   
Bienne  
Gymnase de la rue des Alpes  
Bulle  
Arpège - école de musique  
Châtel-St-Denis  
Arpège - école de musique  
Farvagny  
Arpège - école de musique  
Fribourg  
   
Genève  
École Bénédict  
   
   
   
UniversitÉs :  
UniGe - Page d'information complète avec, entre autres,les On y trouve également une Fiche de Liaison, document à remplir par l'étudiant handicapé permettant de l'identifier administrativement et peut-être d'anticiper ses besoins. Malheureusement, ce site ne donne presque aucune information utile sur les éventuelles accessibilités des bâtiments, ni plan interactif, ni liste des logements et de leurs situations par rapport à l'université mais tout juste une liste de noms et de numéros de personnes de contact.
Aucune information sur les WC accessibles ou sur les accès informatiques adaptés (outil informatique, Wi-Fi, accès aux cours à distance) !!
- Page d'information pour étudiant handicapé
Gruyères  
Institut la Gruyère  
La Tour-de-Peilz  
Gymnase de Burier  
Lausanne  
Maternelles :  
   
Écoles Primaires :  
École primaire de Pierrefleur Établissement partiellement accessible via deux rampes depuis la rue Pierrefleur, un chemin goudronné ou des bâtiment de plain pied, comme par exemple la salle de sport depuis le chemin du Boisy. Malheureusement l'accès n'est que partiel et indirect car il est souvent entrecoupé par des marches d'escalier ou que bâtiments souffrent de portes plutôt lourdes non-motorisées et ne sont pas pourvus d'ascenseur ni de WC adaptés. On n'y trouve aucune place de parc réservée non plus.
   
Écoles Secondaires :  
École Lémania Seul un bâtiment sur deux est accessible aux personnes en fauteuil, à savoir le nouveau bâtiment. On y trouve un ascenseur (fermé à clef) et un WC adapté (non indiqué, au rez-de-chaussée et également verrouillé à clef) dont les clefs sont fournies à l'inscription et pour la durée des études aux élèves handicapés ainsi qu'aux professeurs.
Il existe également un WC public adapté (Eurokey) très proche, chemin de Préville 2 (attention: pente en forte montée depuis l'école!).
Malheureusement, même dans ce bâtiment-ci, tous les étages ne sont pas accessibles. Cela étant, seuls des cours de Langues ou de Commerce y sont accessibles aux personnes handicapées et à mobilité réduite.
   
Gymnases :  
Gymnase de Beaulieu Inaccessible… WC adaptés dans un bâtiment proche
Gymnase du Bugnon Inaccessible… Pas de WC adapté
Gymnase de Chamblandes Inaccessible… Pas de WC adapté
Gymnase de la Cité Inaccessible… Pas de WC adapté
   
Hautes Écoles &
enseignements spÉcialisÉs :
 
Université de Lausanne – UNIL - Accessibilité presque complète (ascenseurs, portes automatiques,..) avec les exceptions suivantes :
  • Bâtiment Administratif Rectorat BRA : seconde porte plutôt lourde et non automatique

- Présence de WC adaptés dans les bâtiments suivant:
- Page d'information pour étudiant handicapé
Pour l'instant, on y trouve quelques informations en vrac sur les
  • accessibilités sommaires (dont un plan général uniquement en pdf!! Dommage du peu d'utilité vu qu'on n'y voit quasiment rien de ce qui est vraiment pertinent : Auncune information sur les accessibilités, ni les escaliers, ni les ascenseurs, ni les WC... Rien qu'un joli dessin!
    Il aurait été bien plus utile d'avoir une maquette miniaturisée tactile pour non-voyant au rectorat et un plan interactif permettant le détail
    )
  • services aux étudiants handicapés (uniquement une liste de personnes de contact!)
  • quelques liens utiles très généraux
  • Aucune information sur les WC accessibles ou sur les accès informatiques adaptés (outil informatique, Wi-Fi, accès aux cours à distance) !!
Heureusement dans ce concert "d'à peu près voire peut mieux faire", qui a conduit jusqu'à un remarquable article du journal UNISCOP n°436 traitant ouvertement du handicap mais malheureusement de manière un peu douceâtre digne du théâtre romantique façon "Je t'aime, Moi non plus", l'UNIL dispose d'un service administratif à l'écoute qui s'est engagé à rectifier tout cela. Alors attendons de voir...

De façon très "amusante", le Service de Presse a donné la parole a quelques étudiants handicapés tels que Jérôme Gaudin (paru dans l'Uniscope n°436 de décembre 2001). Mais est-ce que des propos résumés à chaque fois sur une demi-page peuvent vraiment aider à faire avancer un dossier, surtout quand au fil des pages les conclusions se recoupent? En d'autres termes, est-il mieux de bricoler au cas par cas, au gré des uns et des autres, en remettant continuellement ouvrage sur le métier ou penser et réaliser directement un objet parfaitement adapté, conçu pour tous et toutes les situations puis classer le dossier définitivement pour aller de l'avant?

À cette question, l'Université de Lausanne semble préférer la première réponse. Et vous?
École Polytechnique fédérale de Lausanne - EPFL
Haute école pédagogique Lausanne - HEPL  
École assistantes médicales & vétérinaires - Minerva  
École d'études sociales et pédagogiques - EESP  
École Club Migros  
École d'architecture et de design - Athenaeum  
IMD - Institute for Management Development  
École Alphalif  
Ceruleum- école d'arts visuels  
EJMA - école de jazz et de musique actuelle  
Jeuncomm Voici les informations aimablement fournies par M. le sous-directeur :
  • Bâtiment accessible et navigation possible
  • Accès à toutes les salles
  • WC adaptés et réservés
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
Monthey  
Nemesis
  • Salles et locaux accessibles
  • Parking réservé
  • WC accessibles
Montreux  
Arpège - école de musique  
École Blanc Léman  
   
Morges  
Gymnase de Morges  
Marcelin - Aucune information sur le site Web
Neuchâtel  
Hautes Écoles :  
Institut de Microtechnique
IMT
Le bâtiment, datant d'une quarantaine d'année passée, n'est ni accessible ni pratique. On n'y trouve aucune facilité ni WC adaptés ni information sur leur site Internet. Pourtant, depuis le début de l'année, cette institut est entrée dans le giron de la Confédération via l'E.P.F.L. (École Polytechnique Fédérale de Lausanne) qui elle est très bien adaptée. Seule satisfaction, l'institut va d'ici quatre ans déménager dans des bâtiments neuf au Mail. À suivre…
UNINE
Université de Neuchâtel
L'Université de Neuchâtel est à l'image de la ville elle-même : On y trouve de tout, de l'excellence, du bon et du franchement moins bon ou du carrément très mauvais. Il en va ainsi du bâtiment de la «Faculté des Lettres et Sciences Humaines» qui est entièrement accessible et dispose de WC adapté sur chaque étage (facile à trouver même si non indiqués) ou le superbe bâtiment de la Bibliothèque Universitaire pourtant datant de 1768 mais réadapté.
Alors que, de l'autre côté, les bâtiments des années 60 du rectorat, le Lycée Jean-Piaget École Supérieure du Commerce ou le bâtiment de physique (prochainement transformé en bâtiment de droit) sont totalement inaccessibles ! La section de Physique va bientôt disparaîître alors que d'autres sections vont également prochainement être transférées au nouveaux bâtiements du Mail. Université de Neuchâtel - Bibliothèque Universitaire
École Bénédict  
   
Nyon  
Gymnase de Nyon  
École du Couchant B - école de musique  
Payerne  
Gymnase intercantonal de la Broye  
Prilly  
Collège de l'Union
  • 1 place de parc réservée
  • Salles de sport de plain-pied
  • portes plutôt lourdes et non automatiques

Romont  
Arpège - école de musique  
   
   
Saint-Imier  
EMJP - école de musique du Jura bernois  
Sierre  
École Monnier  
École des Buissonnets  
   
Sion  
Lémania Valais Collège - École Montani  
École Théler  
   
   
Tour-de-Peilz (La)  
Collège des Marronniers
Place des Anciens Fossés 1
Profitant de accès offerts par la Ludothèque et Bibliothèque communale, cet établissement est parfaitement accessible (rampe & ascenseur) et dispose d'un WC adapté (niveau Bibliothèque communale)
   
U  
   
Yverdon  
Gymnase d'Yverdon  
   
Zürich  
   
   
Enseignements spÉcialisÉes, un ghetto Éducatif?
Orif - Orientation, intégration et Formation Professionnelle  
   
Bâle  
   
Berne  
   
   
   
Fribourg  
 
Genève  
Genève Handicap
Enseignement public à Genève - enseignement spécialisé
Services éducatifs itinérants (SEI)
document officiel en .pdf
Nom Adresse Âge
Centre pour enfants sourds de Montbrillant (CESM) chemin de Vinci 2b 3-6
Centre de Rééducation et d'Enseignement de la Roseraie (CRER) avenue de la Roseraie 43 3-18
Centre d'appui pour handicapés de la vue (CAPHV) chemin de Vignes 1 3-18
Centre médico-logopédique de St Jean rue de Saint-Jean 12 3-6
Centre médico-pédagogique de formation prépofessionnelle de Conches chemin Dupuy 20 (Conches) 13-18
Centre médico-pédagogique de formation prépofessionnelle de Saint Gervais rue Bautte 10 13-18
Centre des Évaux chemin François-Chavaz 106 (Onex) 3-6
Centre de la Servette route de Meyrin 14b 3-6
Centre de Champel rue du Bout du Monde 4 3-6
Centre d'Eole chemin des Colombières 8 (Versoix) 3-6
Centre de La Chênaie chemin de Mancy 57 (Collonge) 3-6
Centre de La Coudraie route des Franchises 11 3-6
Centre de Florissant route de Florissant 160 (Conches) 3-6
Centre de La Florence rue du Bachet 14 (Grand-Lancy) 3-6
Centre des Crêts-de-Champel chemin Crêts-de-Champel 40 -
Centre de Clairival (IUPG) chemin de l'Écorcherie 14 (Vandoeuvres) 3-6
Centre des Comptines (IUPG) chemin du Petit Bel-Air 2 (Chêne-Bourg) 3-6
Centre des Voirets chemin des Voirets 15 (Plan-les-Ouates) 4-13
Centre de Vermont Chemin de Vincy 2b 4-13
Centre d'Eckert route du Granhd-Lancy 175 (Onex) 4-13
Centre des Amandiers chemin de Mancy 57 (Collonge-Bellerive) 6-13
Centre des Oliviers route des Franchises 11 6-13
Centre des Charmilles route des Franchises 11 6-13
Centre de Villars-Beaulieu avenue Edmond Vaucher 50 6-13
Centre des Vignes du Bas chemin des Colombières 12 (Versoix) 6-13
Centre des Vignes du Haut chemin des Colombières 12 (Versoix) 6-13
Centre de Valavran route de Valavran 33 (Bellevue) 6-13
Centre du Bachet chemin des Pontets 5 (Crand-Lancy) 6-13
Centre de Budé 1 rue de Moillebeau 72 6-13
Cente de Budé 2 rue de Moillebeau 72 6-13
Centre de Boissonnas chemin du Grand-Canal 22 (Chêne-Bougeries) 6-13
Centre de la Pralée chemin de la Pralée 25 (Onex) 6-13
Centre de la Petite Ourse chemin de la Colombe 6 (Conches) 6-13
Centre de Rouelbeau chemin de la Caille 50 (Vésenaz) 6-13
Centre de Collonge rue des Voisins 11 13-18
Centre de Dumas chemin des Vignes 4 13-18
Centre du Lac chemin de Mancy 57 (Collonge-Bellerive) 13-18
Centre de Bellerive chemin de Mancy 57 (Collonge-Bellerive) 13-18
Centre de Thônex avenue Petit-Senn 60 (Thônex) 13-18
Foyer de Mancy chemin de Mancy 57 (Collonge-Bellerive) 13-18
Centre des Saules rue de la Truite 3 13-18
Neuchâtel  
 
Valais  
   
   
Vaud  
 
   
   
Tessin  
   
   
   
   
   
   
Zürich  
   
       
 
Retour au TOP
Cliquer ici pour me contacter ou faire des suggestions   Pour plus d'informations, n'hésitez pas à consulter les liens ici