Les mots de tÊte ... ces Mots qui font la DiffÉrence
handicap-schweiz.ch   handiplus.ch
L'expression de soie, c'est doux, c'est beau aussi
Faire un don / Donate Navigation dans les rubriques :
    We are all disabled if unable to admit
that we are all just one and the same, human and mortal
   
     
  Beauty On Wheels The Wheelchair Butterfly
My Proclamation Cripple Poetry Slam Si tu pars au combat
En marge de la Vie L'envers du paradis Sète chanson
L’aveugle et le paralytique Elle était infirme... mon cher ami...l'infirme...
  Faire une proposition Contact

Beauty On Wheels

En guard mirror
I see you taunting me in my chair
So shiny and gleaming
The morning rise
I rub my eyes and peep into your flat form
OK
I’ve seen enough !
I want to start my day rolling
In empowering ways
If I sit before you too long
I might not leave the house
You reflect my soul’s suitcase
A wheeler who rides
Let’s pimp that ride
Your response ?
"Not so much"
There’s another blemish
A new wrinkle there
And what’s with all the chin hair ?
Tweezers to the rescue
Ouch ! Hey ! That hurt !
Sake of beauty
Sake of beauty

Be kind to me glass
Reflecting what is before you
Truth
The truth
There are days
I cannot and will not
Handle the truth !

See…
Real beauty comes from the inside
Beauty’s form we cannot hide
I use to think beauty was skin deep
Facials and peels and a good night’s sleep
Ageing in my chair
Has taught me to think in different ways
No more riding the beauty craze

I turned off the TV
To see the real me

Now
I looked in the mirror and a great surprise
I decided, "I’m not buying the media’s lies"
My skins not perfect and my hair can be a mess
But I now look into my mirror and roll on with finesse
(Katie Rodriguez Banister)

The Wheelchair Butterfly

O sleepy city of reeling wheelchairs
where a mouse can commit suicide if he can

concentrate long enough
on the history book of rodents
in this underground town

of electrical wheelchairs !
The girl who is always pregnant and bruised
like a pear

rides her many-stickered bicycle
backward up the staircase
of the abandoned trolleybarn.

Yesterday was warm. Today a butterfly froze
in midair; and was plucked like a grape
by a child who swore he could take care

of it. O confident city where the seeds of poppies pass for carfare,

where the ordinary hornets in a human’s heart
may slumber and snore, where bifocals bulge

in an orange garage of daydreams,
we wait in our loose attics for a new season

as if for an ice-cream truck.
An Indian pony crosses the plains

whispering Sanskrit prayers to a crater of fleas.
Honeysuckle says : I thought I could swim.

The Mayor is urinating on the wrong side
of the street! A dandelion sends off sparks :
beware your hair is locked !

Beware the trumpet wants a glass of water !
Beware a velvet tabernacle !

Beware the Warden of Light has married
an old piece of string !
(James Tate)

My Proclamation

(My Battle With Multiple Sclerosis)

They said, "You'll never make it",
And they thought that they were right,
But I kept on plodding forward,
Because I hoped I might.
They shook their heads in wonder
That I lacked the sense to quit.
But I held my chin up higher
And I didn't mind a bit.
They said, "You'll never make it",
As the problems multiplied;
But I had to make an effort
And to know at least I tried.
Though sometimes my spirits lagged
And I shouldered what was lightest,
And the rest, I sort of dragged.
And I found to my amazement
At the ending of the day,
That what they said I couldn't,
I had managed anyway.
It only took three little words :
"Lord, Help Me", and I rid
Myself of doubt. And all they said
I'd never do… I did.

(Cindy O'Connor)

Cripple Poetry Slam

You pretend it’s the steel you fear
of wheels instead of legs,
but that’s a partial lie you tell
so you can sleep at night

It is ME that you fear
with my different body

It is tragedy that you think you see

It is weakness you feel
as I emanate loss from my crippled person

And that word I say with pride.

Cripple.

I say it loud and hard.
In whispers and polite conversation.
It is my word to speak and mine to keep

You put on my words like party hats
and wear them as badges of honor for one or two days
as you limp around in your angst
all the while you try to rip MY words out of MY skin
with your Brillo pad disgust
tearing flesh off the bone
but the words are STILL there
ingrained in every inch of my being
though you refuse to see them

I am not them you say but I am
There is no us and them anyway you say
But there is
And I am not with you
I choose them

I will be silent no longer
Because I am human and I am cripple
handicapped, disabled, a gimp
All the same but all still so human

I am a living breathing example of how quickly your life changes
except I am not an example I am a person

And though your fears may be palpable,
I will not yield to your discrimination,
or to your intimidation, or to your machinations

And the blood that runs through my veins does not pump
for your daily dose of inspiration

The tears that I cry are not salted with your pity

And though you cover me with blankets of stares
I refuse to embrace them for they are foul
and my body beautiful
and I shall bare it as I wish

And the love that I feel towards life and my body are not despite my disability
but WITH it
because I can no more separate my disability from myself
than I can separate my lungs from my chest and continue living

You can stick your hands in your ears
but I will pull them out and scream
Because you NEED to hear me but you refuse
and you know I’m right

I am not worth a single ounce of money,
there is no paper that can own me
no price tag on my life
so don’t tell me how much I cost you in your taxes
I don’t give a fuck because I cannot be sold

You will not kill me because I am inconvenient
you better wrap that euthanasia tube back up
You will not block me from your space
because I am a cripple and I have rights
and I demand them back

I don’t want to hear the pitiful sounds of your excuses
while you tie my hands together
and prop stairs in front of my wheels

I will not leave because you deem me a danger
when I am doing nothing but living
I cannot separate my chair from my body
and you cannot ask me to do so any more
than I can ask you to separate your legs from your own body

I will be allowed in your public space
my full body
be it different
and partially made of metal

I don’t care about your fear or your damages
or the price tags that you keep slapping on my forehead
like a doll made in China

And should you still refuse to hear me,
then I will destroy your stairwells until you create elevators,
I will key your cars until you stop stealing disabled parking
I will keep screaming outside of your doors until you open them for everyone

I refuse your proclamations of independence
since you’ve mistaken it with interdependence

I will not be pleased with your affirmations
of how I’ve overcome my disability,
because the only thing to overcome is you and your bigotry

You will not touch my body with your condescension,
nor pat my head or stroke my hair
because I will fight you because I am allowed my space
And my body is my own

And I will not stop fighting
until everyone knows

I won’t stop fighting until disabled kids are unashamed of themselves
until we are allowed in every part of the world, in every building, in every home we’re invited into, every public space
I won’t stop fighting until people realize that broken is not a synonym for worthless, nor is crippled, or disabled, or handicapped, or lame.

I will not let you win.

I am strong while broken
No matter how much my body spazzes
no matter how much pain I’m in
or how weak my body becomes

I will always
ALWAYS

Be worth it

si tu pars au combat

si tu pars au combat
c'est qu'ton coeur il bat
tu l'fais même si tu te demande des fois pourquoi
donne toi a fond pour remonter du fond dans le quel t'es tomber
l'année derrière la tête la première
tu te retrouves en moins de deux
sur un lit d'hôpital, les yeux dans le vague, le teint pale
tu mettras du temps,
mais tu sais ce que tu veux,
t'en sortir !
même si tu sais que tu va souffrir !
t'aurais pu être morte
mais t'as été la plus forte !
a cause de cette voiture
a toi une nouvelle aventure
t'as eu des multiples fractures
mais personne ne s'est vraiment demandé
si c'était pas ton coeur qui été le plus touché…
CET ACCIDENT tu l'oublieras jamais
en toi il est gravé
mais en ta mémoire
tu as un espoir
te remettre debout
et petit à petit tu vas y arriver
après un an de galère, tu gères
ta verticalité tu va la retrouvée
même si tu t'es fais des nouveaux amis
tu vas la retrouvée cette putain d'autonomie
à l'époque t'as eu un choc,
ca vient peut être de celui ci
faire comme lui
t'avais peut-être sans le savoir
envie e quitter la vie !
t'as pas eu le droit ni le temps de le revoir
mais pour lui t'es encore là
t'y pense tout les jours
il te soutiens, et toi tu te souviens
tu l'aimais, t'as pas eu le temps de lui dire
mais lui le savais
tu te bats aussi pour lui,
louis, pour qui tu dois être un exemple
par votre complicité
il est devenu ton temple
Erreur médicale, même pas fatale
10 mois après la vie en rose que tu avais peu a peu retrouvé
elle disparait, nécrose, tout ce qui été rose,
tout a coup devient tout gris
t'es morose mais devant les gens t'as le sourire
repartir en galère, en guerre,
t'as bien fais de le faire
avoir la vie en autonomie, contre une hanche en plastique
c'est pas fantastique, mais c'est le prix a payer
mais tu peux dire un grand merci a ta meilleure amie,
t'as ouvert les yeux, elle été la car elle, même si t'es différente,
elle a toujours été présente !
et votre amitié, dans ta nouvelle vie,
c'est la seule chose qui n'a pas changé !
e vue comme ca j'ai peut-être un moral d'acier
mais forte je ne le suis qu'a moitié (source)
Ouvrons la porte à la différence
ou
Accepter l'autre pour mieux s'accepter soi-même
Vivre est notre chemin. Vivre est notre destin, unique, dont l'apogée coïncide avec la fin.

La Vie est un pont de longueur inconnue entre le soleil et la nuit, entre le chant et le silence, entre le chaos et l'uniformité... Un pont que nul ne peut traverser seul.

La Vie est notre seule richesse, elle ouvre la voie à une kyrielle de possibilités sans y donner toujours accès.
Le Monde est ce que nous en faisons, ensemble.

Ce chemin est notre chemin. C'est le chemin que nous empruntons mais c'est aussi à nous de l'entretenir pour que d'autres le fassent après-nous, tout comme ceux d'avant l'ont entretenu à notre intention. C'est le chaînon de la Vie, celui qui nous lie les uns aux autres, celui qui nous rend indispensable.

Je suis ce que je suis car je peux le lire dans ton regard. Je suis ce que je suis car c'est aussi ainsi que tu me juges. Je ne suis plus rien si tu n'es plus là pour me voir, me sentir, me toucher, me juger.

Nous sommes ce que nous sommes car nous sommes nous avant tout. Si ce nous n'existait pas, si ce tout n'était qu'une somme d'individualités dispersées, nous ne serions rien. Car chacun a besoin de l'autre, du regard de l'autre, de l'épaule de l'autre, du jugement de l'autre, du point de vue de l'autre, des opinions des autres, des pensées des autres, du soutien des autres pour être enfin seul fasse à son destin. Nous construisons notre singularité dans la dualité. Nous la consolidons dans la diversité.

On est donc tous une multitude de points de vue opposés, de regards croisés, de personnalités différentes. On est un ensemble d'objets dissociés qui forment pourtant un tout homogène.

Accepter autrui c'est s'accepter soi-même dans ce qu'on a de différent, de ce qu'on a reçu des autres, de ce qu'on a en nous qui ne nous appartient pas... Accepter autrui dans sa différence, c'est s'accepter soi-même dans son intégralité, s'accepter soi-même pour ce qu'on est au fond, dans notre complexité élémentaire.

Accepter la différence, c'est accepter qu'un jour nous-mêmes on sera différent de ce que nous sommes aujourd'hui... c'est accepter le temps... c'est accepter le cours de la Vie!
AB40V - 2010, Lausanne, Suisse, Monde, Univers

Sète chanson

J'étais englué dans le passé
J'avais plus goût même à la vie
Je t'ai rencontré sur le pavé
Tu as illuminé ma nuit

Mes petits soucis du quotidien
Ces absurdités d'un jour sans fin
Obscurcissaient mes illusions
Me plongeant dans la déraison

Avec ta joie ta bonhommie
Tu as embaumé ma vie
Tu as surgi d'un coin de cité
Pour centraliser toutes mes pensées

J'étais meurtri sur le chemin
Ne croyant plus à mon destin
Toi, petit homme handicapé
Tu as transformé ma destinée

As ton contact comme par magie
L'eau s'est transformé en liqueur
Le malade prostré dans son habit
A retrouvé du coeur, de la vigueur

Avec le mot, un geste simple
Tu as gommé toutes les craintes
Donné au condamné un parloir
Du néant, fait renaître l'espoir

Te voir affronter le monde
Sourire au soleil par temps de pluie
Je reste la, les bras m'en tombent
Foudroyé par la grâce du paradis

Toi bout d'homme, handicapé
Par ta force, ta joie, ta fierté
Tu m'as donné une leçon de vie
Tu m'as appris qui je suis

Elle est à toi cette chanson
Toi, petit homme sans prétention
Immensément plus grand que le monde
Une bouée dans la mer qui gronde

Marchant sur les eaux déchainées
D'une bien absurde réalité
Surgit du néant pour l'éternité
Présent comme si tu l'avais toujours été

Par ton courage, ton tempérament
Ton obstination, ton humilité
Tu m'as appris à être plus grand
Tu m'as appris le mot respect

La vie est trop précieuse pour que jamais
Je ne vive ou fasse les choses à moitié
J'espère un jour pouvoir t'apporter
Un peu du bonheur que tu m'as donné

AB40V - 2010, Lausanne, Suisse, Monde, Univers

L’aveugle et le paralytique

Aidons-nous mutuellement,
La charge des malheurs en sera plus légère ;
Le bien que l'on fait à son frère
Pour le mal que l'on souffre est un soulagement.
Confucius l'a dit ; suivons tous sa doctrine.
Pour la persuader aux peuples de la Chine,
Il leur contait le trait suivant.

Dans une ville de l'Asie
Il existait deux malheureux,
L'un perclus, l'autre aveugle, et pauvres tous les deux.
Ils demandaient au Ciel de terminer leur vie ;
Mais leurs cris étaient superflus,
Ils ne pouvaient mourir. Notre paralytique,
Couché sur un grabat dans la place publique,
Souffrait sans être plaint : il en souffrait bien plus.
L'aveugle, à qui tout pouvait nuire,
Etait sans guide, sans soutien,
Sans avoir même un pauvre chien
Pour l'aimer et pour le conduire.
Un certain jour, il arriva
Que l'aveugle à tâtons, au détour d'une rue,
Près du malade se trouva ;
Il entendit ses cris, son âme en fut émue.
Il n'est tel que les malheureux
Pour se plaindre les uns les autres.
” J'ai mes maux, lui dit-il, et vous avez les vôtres :
Unissons-les, mon frère, ils seront moins affreux.
- Hélas ! dit le perclus, vous ignorez, mon frère,
Que je ne puis faire un seul pas ;
Vous-même vous n'y voyez pas :
A quoi nous servirait d'unir notre misère ?
- A quoi ? répond l'aveugle ; écoutez. A nous deux
Nous possédons le bien à chacun nécessaire :
J'ai des jambes, et vous des yeux.
Moi, je vais vous porter ; vous, vous serez mon guide :
Vos yeux dirigeront mes pas mal assurés ;
Mes jambes, à leur tour, iront où vous voudrez.
Ainsi, sans que jamais notre amitié décide
Qui de nous deux remplit le plus utile emploi,
Je marcherai pour vous, vous y verrez pour moi.“

Jean-Pierre Claris de FLORIAN, 14 octobre 2008 (source)

Elle était infirme…

Elle était infirme,
mais seul son coprs été cassé.
Sa tête était malade,
mais son coeur pouvait encore aimer...
Cette fille personne n''y fesait attention,
car elle était malade,
ais c'est la maladie de l'amour
qui la retenait envie.
Un jour son ange elle a trouver
mais celui la  descendait du ciel,
c'était le moment pour elle
au paradis de monter 
Devant sa croix,
pas un personne ne s'arrétait
personnes n'allait la voir,
il n'y avait là meme pas un petit bouquet.
Triste vie de survie
dont personnes ne se souvient
sauf de son seul amie
qu'il lui offrait un peu de soutien.
On na beau

etre petit,laid,malade ou gros
on na quand meme un coeur
et le plus important c'est se qu'il y a à l'interieur. (source)

" mon cher ami… l'infirme… "

IL remuait les bras,tout en tournant la tête,
Marmonant quelques cris,et onomatopées.
De son fauteuil d'infirme,tous les gens s'écartaient.
""Cet air terrorisé quand ils croisaient ce être...""
Toutes les "bonnes moeurs" se prouvaient dans ce geste.
Rejeter l'anormal! C'était là leur devise.
" les miens sont tous normaux"...ce que les gens se disent;
Dés lors,ils s'en ecartent,comme s'IL a la peste.
Moi,j'ai pris son regard en plein coeur,ce jour-là,
je me suis approché,lui,me regardait...moi.
et je me suis senti fondre,rempli d'émoi.
Je lui ai pris la main,il m'a tenu le bras...
Comme pour demander un peu de réconfort.
Une larme a coulée sur la joue de sa mère.
Et je lui ai souri:j'étais fier de lui plaire.
J'aurais frappé quiconque lui aurait fait du tort...
J'étais heureux.....voilà ! (source)

L'envers du paradis

Il s'évapore dans le ciel
Arrachant un lobe de mon coeur
Comme un colporteur de l'éternel
Emportant mes espors de bonheur

Je le vois libre et grandiose
Comme il s'efface dans le lointain
Qui me soulage de ma plus belle rose
M'écrase du poids des rêves, de leur venin

Une majesté faite de plumes et de vent
Qui accroche le fardeau des désirs adolescents
Et les emporte au delà de l'horizon
Les y enterrent avec mes dernières illusions

Je le vois qui s'envole, je lui souris
Je m'entends lui souhaiter un voyage joli
Mais l'instant est fugace et son chemin infini
Je l'imagine, mon messager errant au paradis

Il est parti depuis longtemps et pourtant
Ses ailes balayent encore mon aire et à présent
C'est mon âme tout entier qui part lui donner parole
Puisque mon corps asservi se meurt au fond d'une geôle

Brisé dans l'élan, réduit d'un être humain
Cendres d'un feu de paille que jamais rien n'éteint
Tout le ruban d'existence qui ornait mon destin
Poussières incandescentes enserrées entre mes mains

Va mon bel oiseau, vole à mon secours
Toi qui de tout là-haut, voit la misère de ma vie
Derrière un masque de plume, l'infirme que je suis
Devient pour un instant un chevalier à ta cour

Va beau messager aux quatre coins de la Terre
Crier toute ma rage, crier toute ma peine
Dis leur que je suis seul face à un torrent de haine
À me défendre, pour ce que je ne veux plus être

L'oiseau s'en est allé vers un monde inaccessible
Brisant l'espace immense qui m'emprisonne pourtant
Mon âme apaisé le suit dans l'invisible
Je m'évade à mon tour au loin dans l'isolement

Si mon handicap m'astreint à être un animal blessé
Rampant de toutes ses forces sans jamais implorer pitié
C'est pour que mon esprit se libére des jougs de la vie
Qu'il vienne ailleurs goûter à la joie interdit ici

Vole oiseau, camarade de tous les sombre moments
Toi que je suis le seul à voir et que personne n'entend
Emporte moi bien loin de ces atermoiements
Dans un monde qui roule toujours ves l'avant

Loin de tout, loin de tous... rien que toi et moi

AB40V - 2010, Lausanne, Suisse, Monde, Univers

Différence Méfiance

 

AB40V - 2010, Lausanne, Suisse, Monde, Univers

En marge de la Vie

Pour lui les vents soufflent plus lentement
Comme un chant muré dans le silence
La vie s'essore au fil du temps
Les instants, le goût de l'espérance

Spectateur du film dont il est acteur
Trapéziste des plateux et parfois jongleur
Il est partout et nul part en toute heure
Il est là, vidé, absent et même ailleurs

Devant lui coule les flots de l'existence
Le murmure de la vie, les cri, les aboiements
Assis dans son fauteuil, loin des chemins de la chance
Il se rêve un sort bien loin de celui présent

Un quotidien à l'image des romans
De ceux qu'il lit le soir en s'endormant
Un chemin de rocailles au milieu du ciment
Un brin d'évasion pourtant si inconvenant

Lui, il est là, assis dans son fauteuil roulant
Lui, il y restera tant que la vie lui donnera du temps
Il regarde refléter les exubérances sur les paravents
Qui renforce un peu plus son état de mort vivant

AB40V - 2010, Lausanne, Suisse, Monde, Univers
Le Monde des simples d'esprit

AB40V - 2010, Lausanne, Suisse, Monde, Univers

Tes premiers pas nous ont fait rêver
Tes nuits blanches nous ont fatigué
Mais ton doux regard ensoleillé
Nous ne pourrons jamais l'oublier.

Nous aimerions tellement qu'un jour
Tu puisses enfin et pour toujours
Devenir une maman à ton tour
Mais la vie nous a joué un mauvais tour.

C'est vrai que tu restes silencieuse
Mais tu es quand même heureuse
D'être à jamais notre amoureuse
Ô ma jolie poupée joyeuse. (source)

Un petit mot, le coeur brisÉ
Bon voyage Nicole, loin là-haut Close X Ferner
Une jolie fleur s'’en est allée
Sur les chemin de la liberté
La liberté de vue et d'’horizon
Pour à jamais s'y reposer
Un peu de mon coeœur s'’en est allé
Avec elle, par delà les prés
La où le temps n'’a plus de saison
Là  oû commence l'éternité
Une éternité qui commence
Marqué du sceau de son absence
Ma petite fleur greffée s'en est allée
Sa mort me pèse à en crever
Une petite fleur haut en couleur
A quitté mon monde dans la douleur
La douleur qui va ronger mon coeur
Nicole je te souhait plein de bonheur
Plus de bonheur que la vie ne t'a donné
Plus de joie, de lumières et de gaieté
De là-haut la petitesse des vivants
Est encore plus dérisoire qu'’avant
À toi ma jolie Nicole,… la paillette et le strass
Toi qui ne seras plus si près de moi,
Toi dont je ne pourrai plus entendre la voix
Et ton rire, les éclats qui illuminaient l'’espace
Que le vent qui t'emporte soit chaud et doux
Plus que je n'’ai pu l'’être dans nos rêves les plus fous…
Contact & Propositions
Attention : Toutes les rubriques sont importantes.
Merci de remplir le formulaire dans son intégralité!
 : 
 : 
 : 
 : 
Merci de choisir parmi les deux autres propositions :
Je certifie que je suis l'auteur du texte proposé et je cède mes droits
Je n'en suis pas l'auteur mais j'ai indiqué ci-dessus toutes les références
Sécurité :

Cliquez sur le bouton Start jusqu'à ce que la case numéro 5 soit allumée !

      4  ➔